Belgique

Le Boerenbond sous le feu des critiques en Flandre: il aurait encouragé les agriculteurs à s'étendre, malgré les problèmes d'azote

Un oeil en Flandre

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

25 sept. 2022 à 15:23Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Xavier Lambert

Le Boerenbond, syndicat agricole flamand, est sous le feu des critiques depuis la diffusion mercredi soir d'un reportage de l'émission Pano sur la VRT. La ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA), s'en est pris à l'organisation historiquement liée aux chrétiens-démocrates, tandis que son collègue de l'Agriculture, Jo Brouns (CD&V), l'a défendue en rappelant le niveau de qualité atteint selon lui par le secteur en Flandre.

La Région flamande tente depuis plusieurs mois de mettre au point un plan qui doit réduire les émissions d'azote, dues aux effluents d'élevage, sur son territoire. Le gouvernement flamand a abouti à un accord de principe qui aura de lourdes conséquences pour certaines exploitations agricoles. Dans le reportage de la VRT, des agriculteurs ont expliqué que le Boerenbond leur avait toujours donné pour conseil d'accroître leur activité, même si ce problème de la pollution à l'azote est connu depuis longtemps. 

Aux yeux de Mme Demir, le Boerenbond porte une "responsabilité écrasante" dans la situation actuelle. "Et au lieu de prendre leurs responsabilités, ils demandent d'adapter la politique en matière d'azote. Juste parce que cela convient à leur business model: plus d'argent pour le holding du Boerenbond. Et cela alors que nos paysans se battent pour un prix décent", a-t-elle affirmé. Selon elle, l'organisation doit contribuer à un fonds au bénéfice des agriculteurs par les gains qu'elle a engrangés ces deux dernières années. La ministre a cité le chiffre de 800 millions d'euros.

Le gouvernement flamand dans ligne de mire

Dans l'opposition, Groen a également appelé à une mise à contribution du Boerenbond pour réparer les dégâts causés à la nature et soutenir les agriculteurs. Mais il fustige aussi l'action des derniers gouvernements flamands, dont la N-VA et le CD&V faisaient partie, et qui ont encouragé l'accroissement et l'industrialisation des exploitations agricoles.

Le Boerenbond travaille "au service de ses membres", a fait remarquer M. Brouns. "Si nous avons aujourd'hui en Flandre une agriculture et une horticulture parmi les plus qualitatives d'Europe, c'est en partie son mérite. Ils conseillent leurs agriculteurs, mais c'est l'entrepreneur qui fait ses choix. Et si, dans le passé, ce choix n'a pas toujours été le bon, il doit être possible de faire autrement dans le futur".

Le ministre CD&V a rappelé la dimension économique du secteur agricole. "Un prix trop bas et une valorisation trop faible sont souvent le problème et la réponse est souvent une augmentation d'échelle. Mais pour certains secteurs, ce n'est pas toujours la bonne réponse. Nous devons donc examiner si d'autres modèles sont possibles: plus de diversification, d'autres débouchés, une plus grande répartition du risque, une moindre dépendance au prix, etc."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous