RTBFPasser au contenu

Le bilan du conflit en Syrie grimpe à 387.000 morts, ce serait la plus faible hausse annuelle

Le bilan du conflit en Syrie grimpe à 387.000 morts, ce serait la plus faible hausse annuelle
09 déc. 2020 à 13:44 - mise à jour 09 déc. 2020 à 13:442 min
Par Belga

La guerre en Syrie a fait 387.000 morts, selon un nouveau bilan communiqué mercredi par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), avec la hausse la moins élevée observée cette année depuis le début du conflit il y a plus de neuf ans.

Selon ce bilan, près de 117.000 civils, dont plus de 22.000 enfants, ont péri depuis le déclenchement du conflit en 2011.

Plus de 130.500 combattants prorégime, dont plus de la moitié de soldats syriens, ont été tués. Parmi les non-Syriens alliés de Damas, 1.703 combattants du mouvement chiite libanais Hezbollah, impliqué dans la guerre depuis 2013, ont trouvé la mort, d'après l'OSDH.

Le conflit a également fait plus de 57.000 morts parmi les rebelles, y compris les islamistes, et tué plus de 67.500 djihadistes, principalement du groupe État islamique (EI) et de Hayat Tahrir al-Sham (HTS), l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda.

Enfin, plus de 12.500 combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Kurdes, ont été tués dans des combats contre l'EI ou les forces turques.

Mais la hausse du nombre de morts cette année est la plus faible, les combats ayant largement baissé en intensité en 2020 à la faveur d'un cessez-le-feu dans le nord-ouest du pays et des efforts visant à lutter contre la pandémie de nouveau coronavirus.

En janvier cette année, l'OSDH avait fait état de 380.636 morts.

Le nouveau bilan global n'inclut toutefois pas 88.000 personnes décédées sous la torture dans les prisons du régime, selon l'OSDH, ni des milliers de personnes disparues au cours du conflit.

Après avoir perdu une bonne partie du territoire au début de la guerre, le régime syrien, fort du soutien de la Russie et de l'Iran, a enchainé les reconquêtes au cours des trois dernières années et contrôle aujourd'hui plus de 70% du pays.

Les principales régions qui lui échappent encore sont celle d'Idleb (nord-ouest) - aux mains des rebelles et djihadistes -, les zones contrôlées par la Turquie le long de la frontière nord ainsi que celles dominées par les forces kurdes dans le nord-est du pays.

La guerre a contraint plus de la moitié de la population d'avant-guerre du pays à fuir. L'Onu fait état de 6,7 millions de déplacés et 5,5 millions réfugiés.

Archives JT du 12/02/2020: Guerre en Syrie, exode massif de la population

Depuis le début du conflit en mars 2011, 6 millions de personnes ont été déplacées. II s'agit de la grande vague d'exode au monde après la deuxième guerre mondiale.

Syrie : un triste record depuis 1945

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement