Monde Europe

Le bilan des migrants noyés au large de la Tunisie s'alourdit à 17 morts

Sauvetage d'un bateau de migrants en novembre 2021
21 mars 2022 à 17:39Temps de lecture2 min
Par Belga

Vingt-cinq migrants qui tentaient de rallier l'Europe clandestinement sont morts noyés au large de la Tunisie, a indiqué lundi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), les autorités tunisiennes ayant dans un premier temps fait état de 17 morts.

"Entre vendredi 18 et samedi 19 mars, les corps de 25 personnes se sont échoués sur les plages de Nabeul. Le bateau à bord duquel ils voyageaient serait parti des côtes tunisiennes il y a plusieurs jours et aurait compté 60 personnes à bord", a indiqué l'OIM dans un communiqué.

"L'identification des corps est en cours, mais selon les informations disponibles, il s'agirait de migrants de nationalité syrienne et tunisienne", a ajouté l'organisation.

Le porte-parole de la protection civile en Tunisie,  Moez Triaa, avait indiqué samedi à l'AFP que les corps sans vie de 17 migrants avaient été rejetés par la mer au large des côtes du nord-est de la Tunisie.

Plus de 15.000 personnes ont traversé en 2021

Sur la rive sud de la Méditerranée, la Tunisie et la Libye sont deux des principaux points de départ de migrants qui rêvent d'une vie meilleure en Europe, fuyant souvent des conflits ou la pauvreté. 

Au total, 15.671 migrants dont 584 femmes ont réussi à atteindre le sol italien depuis les côtes tunisiennes en 2021, contre 12.883 (dont 353 femmes) en 2020, selon le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES), spécialisé dans la question migratoire. 

Près de 2.000 migrants sont portés disparus ou sont morts noyés en Méditerranée l'an dernier, contre 1.401 en 2020, selon l'OIM.

La Méditerranée centrale est la route migratoire la plus dangereuse du monde, selon cet organisme. L'agence onusienne estime que plus de 18.000 migrants y sont morts ou disparus depuis 2014. 

Affirmant que 149 migrants clandestins sont morts noyés depuis le début de l'année 2022 au large de la Tunisie, le FTDES et 36 autres organisations de défense des droits humains et syndicats ont déploré dans un communiqué lundi la détérioration continue de la situation socio-économique dans le pays qui pousse un nombre croissant de Tunisiens à tenter de rallier l'Europe clandestinement.

Les signataires du texte ont appelé les autorités à mettre en place un mécanisme "plus efficace" pour porter secours aux migrants en détresse au large de la Tunisie, affirmant avoir recueilli des témoignages sur "des lenteurs" dans les opérations de sauvetage.

 

Articles recommandés pour vous