RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Une

"Le Bazar de la charité" : ce qu’il faut savoir sur la série avec Audrey Fleurot

Audrey Fleurot dans "Le Bazar de la Charité"
07 août 2022 à 06:43 - mise à jour 07 août 2022 à 07:43Temps de lecture2 min
Par Laetitia Samyn

Découvrez ou redécouvrez le "Bazar de la charité" une série portée par le trio féminin Audrey Fleurot, Camille Lou et Julie de Bona. 

"Le Bazar de la charité", qu’est-ce que c’est ?

C’est une série coproduite par la RTBF qui raconte l’histoire, réelle, de l’incendie de 1897 au Bazar de la Charité, un bâtiment où avaient lieu des ventes caritatives, à Paris, et qui a fait plus de 120 victimes. Essentiellement des femmes de la haute société et leur personnel. La série raconte l’histoire de trois femmes qui ont survécu à la catastrophe et dont la vie va basculer suite à l’incident.

Usurpation d’identité, amours interdites, changement radical de vie, émancipation… Cette mini-série en 8 épisodes nous plonge dans la société parisienne de cette fin de siècle, en suivant le destin romanesque de ses trois héroïnes.

Une saga historique en costumes à découvrir au rythme de 2 épisodes tous les dimanchesà 20h50 sur La Une !

Un trio d’actrices détonnant

"Le Bazar de la charité", ce sont surtout trois femmes, trois personnages complètement différents, mais réunies autour des mêmes valeurs.

D’un côté on retrouve Adrienne de Lenverpré, jouée par Audrey Fleurot,(que l'on voit partout depuis que l'actrice interprète Morgane dans la série phare HPI) une bourgeoise au bord du divorce qui profite de l’incendie pour tenter d’échapper à son mari violent. D’un autre, Alice Jeansin, portée à l’écran par Camille Lou, une bourgeoise très à cheval sur les règles qui cache en elle un petit côté rebelle et une soif de justice. Enfin, le trio est complété par Rose Rivière, la bonne au service des Jeansin qui possède un instinct de survie surprenant. Cette dernière est incarnée par Julie de Bona.

Femmes fortes et en avance sur leur temps, "elles vont se battre pour des valeurs qui aujourd’hui vous parleront aussi" explique Camille Lou, rencontrée par nos équipes lors du Festival de la Fiction de La Rochelle.

Camille Lou, Audrey Fleurot et Julie de Bona au Festival de la Fiction de La Rochelle.
Camille Lou, Audrey Fleurot et Julie de Bona au Festival de la Fiction de La Rochelle. RTBF

Et les hommes dans tout ça ?

Si les hommes n’ont pas forcément le beau rôle dans cette histoire (préparez-vous à une scène choquante dès le premier épisode où ces messieurs sauvent leur peau en premier durant l’incendie), le casting masculin envoie du lourd ! Antoine Duléry, Gilbert Melki, Stéphane Guillon et Victor Meutelet sont à l’affiche.

Antoine Duléry nous prévient : "Mon personnage est un peu lâche. C’est un bourgeois désargenté qui va tout faire pour continuer à mener son train de vie, il va vouloir à tout prix que sa fille épouse un homme uniquement pour le pognon. Il est prêt à tout pour garder son statut social" Le ton est donné...

Loading...

Des décors et costumes impressionnants

"Le Bazar de la charité", c’est aussi un travail titanesque en matière de décors et costumes pour plonger le téléspectateur dans le Paris du 19e siècle. Valérie Adda, la chef costumière, a confectionné 1500 tenues entières, "et quasiment 200 ont été exclusivement fabriquées pour brûler" raconte-t-elle. Malgré un long travail de recherche, cette dernière n’a pas hésité à prendre quelques libertés avec l’histoire pour apporter une touche de modernité. "C’était important d’apporter un petit côté rock’n’roll à cette fiction. Nous avons donc pris des libertés. C’est aussi une façon de faire vivre le vêtement."

Des images impressionnantes du brasier

Hervé Gallet, le chef décorateur et Yves Domenjoud, spécialiste en effets spéciaux réels expliquent tout deux : "En France, c’est une première ! Il n’y avait jamais eu de flammes de cette hauteur en studio pour une si longue durée." "Sur le plateau, les acteurs avaient chaud, ils vivaient vraiment les sensations."

© Tous droits réservés

C’est une série qui nous emporte 

Suspense, amour, haine mais aussi Histoire avec un grand H, le tout servi par des images grandioses, il n’y a que de bonnes raisons de suivre la série dont tout le monde parle ! "Vous allez être happés dès le premier épisode" prévient Antoine Duléry.

Rendez-vous dès le dimanche 7 août à 20h5 sur La Une.

Sur le même sujet

"J'ai menti" : la traque continue

La Une

Audrey Fleurot : "Morgane dans HPI me fait envie, je rêverais d’être cette fille-là"

HPI

Articles recommandés pour vous