RTBFPasser au contenu

Le batteur de Derek & the Dominos

Loading...
02 mai 2018 à 08:37 - mise à jour 02 mai 2018 à 08:372 min
Par Classic 21

Craignant un risque de violence accrue s'il sortait, la cour de Californie a refusé la libération de Jim Gordon, incarcéré à perpétuité pour avoir assassiné sa mère en 1983.

C'est la dixième fois que ce souhait lui est refusé et également la toute première fois que la famille prend part à cette décision.

Jim Gordon a accompagné de nombreuses stars dans les années 60 et 70 dont Nancy Sinatra sur "These Boots Are Made For Walkin", Carly Simon sur "You're So Vain" et surtout Eric Clapton sur le hit "Layla", en tant que membre de Derek and the Dominos.

Mais à l'apogée de sa carrière, Gordon a été diagnostiqué comme étant atteint de schizophrénie. Ajouté à cela l'abus de drogue, et sa réputation en fut rapidement menacée. Il a démarré des traitements médicaux en 1978 mais n'a pu échapper à la voix de sa mère qui, disait-il, l'avait tourmenté pendant des années. Les hallucinations devinrent ensuite plus fréquentes et mirent fin à la tournée du batteur.

Pour arrêter ces voix dans sa tête, Jim Gordon s'est rendu chez sa mère, où il l'a tuée à coups de marteau et l'a également poignardée. En 1984, il a écopé d'une peine à perpétuité et "constitue toujours un risque et une menace pour la sécurité", selon le rapport de ses médecins en mars dernier.

Son avocat a ajouté: "Je pense qu'il serait une menace pour lui-même s'il était relâché. Je pense qu'il pourrait attaquer quelqu'un d'autre."

Amy Schief, qui s'occupe des finances de son père mais qui n'a plus jamais eu de contact avec lui a également expliqué: "Notre famille a été traumatisée par ce qu'il s'est passé. Cela fait tant d'années, mais on ne dirait pas qu'il va de l'avant, à ce stade."

Gordon a déjà purgé 34 ans de sa peine, et pourra à nouveau demander sa libération en 2021.

En 1985, il a expliqué au Rolling Stone Magazine: "Je ne voulais pas la tuer... Mais je n'avais pas le choix. C'était une évidence, comme si on prenait le contrôle sur moi, comme un zombie." L'avocat de son procès a ensuite affirmé que Gordon "croyait vraiment agir en état de légitime défense."

Aujourd'hui, il refuse tout contact avec ses avocats et ne se présente pas à la cour lors de ses demandes de libération. Il semblerait qu'il quitte rarement sa cellule et refuse souvent toute médication. Un document datant de 2005 prouve qu'il reçoit 4.000$ de royalties par mois et qu'il en reverserait une partie à ses co-détenus. 

Gordon aura 73 ans en juillet. Malgré que l'on n'ait pas remarqué de comportement violent de sa part depuis 2001, la cour a déclaré que sa santé mentale "restait dangereusement instable."

Articles recommandés pour vous