RTBFPasser au contenu

Cinéma

L’aventure c’est… 50 ans d’aventure

Lino, Jacques, Charles, Charles et Aldo, ils sont prêts pour l’aventure

"L’aventure c’est l’aventure", le film de Claude Lelouch, est sorti il y a un demi-siècle en ouverture du Festival de Cannes 1972. Aujourd’hui culte, il n’avait pas été très bien accueilli à l’époque. Retour sur 3 scènes mémorables…

Tout homme libre ne devra avoir ni travail, ni famille, ni patrie !

Et quand il annonce ça, il est plutôt ferme dans ses convictions le Lino. Il aurait pu rajouter que tout homme libre devrait (re) voir "L’aventure c’est l’aventure" ! Sorti en ouverture du 25e Festival de Cannes et simultanément partout en France le 4 mai 1972, le film de Claude Lelouch fête son 50e anniversaire. Cela méritait bien une autre réplique culte, dite par Charles Denner

Aujourd’hui, le gagnant, c’est pas l’homme fort, intelligent, mais le petit, le petit combinard, celui qui sait manier le chantage comme une Winchester. Et surtout la confusion dans la clarté…

Et il est bien là le propos central de ce film, la confusion. "L’aventure c’est l’aventure" revient donc sur les (més) aventures de 5 truands, Lino, Jacques, Simon, Charlot et Aldo. Ils sont joués respectivement par Lino Ventura, Jacques Brel, Charles Denner, Charles Gérard et Aldo Maccione. Après quelques arnaques et autres braquages de banques, ces voyous, enfin disons plutôt ces pieds nickelés, ces bras cassés, veulent toujours plus d’argent. Et en 1972, l’argent, on le trouve où ? En politique ! Voilà qu’ils deviennent des mercenaires, des révolutionnaires…

Loading...

Dans ce film, Simon, le personnage de Denner, il a tout compris. Lui qui déclare encore…

La politique, c’est du show-business…

Denner qui parodie aussi l’une des plus célèbres boutades du président Mao Zedong (quand celui-ci charriait les Etats-Unis et l’homme d’État chinois Tchang Kaï-chek)

Nous sommes des tigres de papier mais des tigres vivants !

A la sortie du film, les critiques n’avaient pas été tendres avec le film, lui reprochant son côté foutraque… confus ! Un comble non pour un film sur la confusion ? Le public, lui, par contre, il a suivi le délire de ces drôles d’énergumènes, de cette histoire politiquement incorrecte. Il faut dire qu’avec son casting 5 étoiles et ses répliques mémorables, tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment. La preuve en 3 scènes cultes. Démarrons avec le titre du film chanté par Johnny Hallyday, au top de sa puissance vocale. Jouant son propre rôle, l’idole des jeunes se fait enlever par Lino et les siens. Ce kidnapping cache surtout une opération marketing assez folle. On appellerait ça aujourd’hui… faire le buzz.

Loading...

Autre scène, autre grand moment… Nous retrouvons Lino, Jacques, Simon, Charlot et Aldo sur une plage, au soleil, chapeaux de paille, en short de bain et chemises à fleurs. L’endroit idyllique pour apprendre la marche de la classe. "Pour draguer les filles", assure Aldo. Tout le monde y participe même le grand Ventura (il est surréaliste). "Mais non pas comme ça, c’est moi qui lui appris, mou, mou…" corrige Lino. La palme revient quand même à notre Jacques Brel national qui raide du dos marche comme un flamant… rose. Denner est pas mal non plus. Lui, on dirait un héron. "Plus souple Simon, mets ta jambe comme ça", avance encore Aldo. Un pur bonheur, un régal d’autodérision pour ces grands noms du cinéma français.

Loading...

Pour notre troisième et dernière scène, comment ne pas succomber au charme de Lino Ventura, de son assurance tranquille, de sa force… de jeu comique développée dans cette scène où il croise la route d’Aldo Maccione, en italien dans le texte (vous noterez au passage le placement de produit et cette pub pour la Sabena). Même s’il avait déjà démontré son talent comique dans les films de Georges Lautner, des "Tontons flingueurs" à "Ne nous fâchons pas" en passant par "Les Barbouzes", ici, il est parfait.

Loading...

Sur le même sujet

19 janv. 2022 à 08:38
3 min
20 sept. 2019 à 08:53
1 min

Articles recommandés pour vous