RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Laurent placé dans un coma artificiel pour "optimaliser son traitement"

Le prince Laurent plongé dans un coma artificiel
25 mars 2014 à 11:42 - mise à jour 25 mars 2014 à 15:37Temps de lecture1 min
Par Thomas Nagant

Etre mis sous ventilateur ne se fait que dans les cas critiques, explique le docteur Jean-Louis Vincent, directeur des soins intensifs à Erasme : "Quoi qu’il en soit, son cas est sérieux car nous ne mettons en coma artificiel que des cas relativement exceptionnels. Aujourd’hui, nous essayons de ne plus utiliser d’agents sédatifs parce qu’ils prolongent la durée d’hospitalisation, le réveil étant très lent et parfois très difficile. Donc ce sont des situations sérieuses."

Le but du coma artificiel est de faciliter la ventilation mécanique (artificielle), de supporter les poumons par un respirateur.

Ce n’est pas la première fois que le prince Laurent est admis et suivi à Saint-Luc pour une pneumonie. C’était également le cas il y a déjà 5 ans.

Le roi Philippe a rendu visite à son frère lundi et la reine Mathilde ce mardi. Pour le palais royal il s’agit de la vie privée du prince.

Le roi Albert et la reine Paola sont actuellement à l'étranger mais restent en contact constant avec la princesse Claire au sujet de la santé de leur fils le prince Laurent, a indiqué mardi après-midi le porte-parole du Palais royal, Pierre-Emmanuel De Bauw, à l'agence de presse Belga. "La princesse Astrid, qui vient de rentrer d'une mission économique en Arabie saoudite, est également en contact étroit avec l'épouse du prince", précise-t-il.

RTBF

Rappel de l'info du jour : le prince Laurent dans un coma artificiel

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Prince Laurent : antécédents de santé

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le Prince Laurent plongé dans le coma

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La santé du prince Laurent s'améliore, il est sorti des soins intensifs

Belgique

Paola: "Laurent est, de mes enfants, en ce moment le plus vulnérable"

Belgique