RTBFPasser au contenu
Rechercher

Laurence Vielle

Laurence Vielle lit "Je viens de là", une ode à la Nouvelle-Calédonie natale de Paul Wamo

11 sept. 2020 à 11:48Temps de lecture2 min
Par Laurence Vielle

Forte de son succès pendant cette période si particulière que fut le confinement, la chronique "Laurence Vielle lit la poésie" revient à la rentrée, sous la forme d’une chronique hebdomadaire qui prendra ses quartiers le samedi matin à 8h45 dans Carpe Diem, en prolongement du moment poésie dans La matinale de la semaine.

Elle nous offre les mots du poète Paul Wamo avec Je viens de là, ode à la Nouvelle-Calédonie, son pays d’origine.

"Nouvelle Calédonie, un petit caillou séché par le soleil. Dans mes bagages, j’ai des mots, parce que de là d’où je viens, c’est un tout petit endroit. Sur les cartes, on ne nous voit pas mais depuis que Jean Marie Tjibaou a lancé l’appel dans les années 80, son mot d’ordre était qu’il faut 'relever la tête et être fier de qui on est, et dire qu’on existe'".

Un appel entendu par ce poète, auteur-compositeur-interprète, qui est devenu un véritable ambassadeur de la culture kanak. Paul Wamo s’illustre par son maniement habile et expressif des mots, à l’oral comme à l’écrit. Il est installé en France métropolitaine depuis 2015.


Paul Wamo - Je viens de là

Je suis chef du clan des guerriers vulnérables

on raconte que mon île était un petit caillou

un petit caillou qui surgit de la mer et fut séché par le soleil

et plus le soleil chauffait le caillou et plus le caillou grossissait

je viens d’un petit caillou séché par le soleil

je viens d’un océan pacifique le plus grand et le plus oublié du monde

je viens de plus loin que moi-même et d’encore plus loin que moi-même je viens du ventre de ma mère moi noir de ma propre nuit

En sortant du ventre de ma mère j’ai élevé le premier cri

en élevant le premier cri j’ai poussé mes larmes neuves

et en poussant mes larmes neuves je me suis mis à marcher

et quand je me suis mis à marcher je suis arrivé jusqu’ici

je viens d’hier et d’hier

je suis là maintenant bien plus loin que moi-même

je suis à présent et je me tiens devant vous

et dans mon panier de parole il y a ma voix et ma bouche

et de ma voix et ma bouche

je demande la parole je demande la parole

Alors voici mes mots que tu peux prendre

que tu peux manger que tu peux même jeter à la poubelle

et c’est tout ce que je peux faire

et le temps ne nous attend pas

la mort vient sans que nos yeux n’aient pu la voir venir

J’écris parce qu’écrire pour moi c’est tout donner

ce n’est pas un poème ce n’est pas un poème que je récite là

c’est un soleil qui se couche c’est une nuit qui déborde

des territoires tremblants qui sortent de mon ventre

des ambulances des marches en désordre

c’est une trace qui s’accroche pour toutes celles qui s’effacent

ce sont des serpillères pour des sols qu’on a souillés jusqu’à terre

c’est une histoire d’amour plus grande que l’amour

et ça vient comme ça arrive ça vient comme ça arrive

ça vient comme ça doit être plus fort que tout ou rien

Chérie ô chérie donne-moi juste le temps de retrouver le feu

ne jamais se dire que ça ne sert plus à rien

suivre demain et après-demain et après et après-demain

comme un fou qui aime le jour comme un fou qui croit toujours

le pouvoir de changer les choses commence pas un petit pas

le pouvoir de changer les choses commence par changer soi

et même si le temps est long jusque-là

le soleil lui se lèvera toujours toujours.

 

La poésie, c’est prendre le monde à l’envers pour le voir à l’endroit.

Serge Pey

Poésie :

  • Le Pleurnicheur. Nouméa : Éditions L’Herbier de Feu, 2006.
  • Trois saisons. Rochefort : Les Petites Allées, 2016.
  • Je n’aime pas Loti. Rochefort : Les Petites Allées, 2017.

Livre / CDs :

  • J’aime les mots. Nouméa : Grain de sable/L’Herbier de feu, 2008.
  • Sol. Textes et création musicale : Paul Wamo ; arrangements David Leroy. SHOK ? !, 2016.
  • Pulse. Textes : Paul Wamo ; musiques : Uli Wolters ; son, mixage, production : Yul Edorh. 2019.

Sur le même sujet

Laurence Vielle lit un poème inédit de Lisette Lombé : "Et s’il n’en restait qu’un"

Laurence Vielle

Laurence Vielle lit "La légende des légendes" du poète turc Nazim Hikmet, figure majeure de la poésie mondiale

Laurence Vielle

Articles recommandés pour vous