RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

La Première

"L’apparence du vivant" : une jeune photographe fascinée par la mort est initiée à la taxidermie

Charlotte Bourlard : "L'apparence du vivant" (INCULTE)

Prix Première 2022

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’apparence du vivant de Charlotte Bourlard chez INCULTE est le dernier roman de cette nouvelle édition du Prix Première.

C’est à Liège que Charlotte Bourlard situe l’histoire de son premier roman publié, ou plus exactement dans un quartier fantôme à l’abri des regards de la cité ardente. Nous allons suivre une jeune photographe très intéressée par la mort et la vieillesse. Alors qu’elle est à la recherche de personnes âgées acceptant de poser nues, elle fait la connaissance d’un couple, ayant eu une vie bien remplie. Propriétaires d’un funérarium, les Martin vont lui ouvrir les portes de leur grande demeure, une maison aussi fascinante qu’inquiétante, comme figée par le temps.

La rencontre se passe mieux que très bien, puisque la jeune femme décide de s’installer et de prendre soin des époux apparemment tranquilles et au-dessus de tout soupçon… Entre la photographe et la vieille dame, c’est une relation de respect, d’admiration et de tendresse qui se noue cimentée par la volonté de transmission d’un savoir-faire : celui de la taxidermie, les Martin possèdent, en effet, une impressionnante collection d’animaux empaillés.

Ce partage va donner lieu à des projets grandioses et funestes qui nécessiteront des expérimentations sur divers cobayes…

C’est un texte serré que nous propose Charlotte Bourlard, noir et acide. Sans gras. Avec une précision de scalpel.

Mélange de désillusion et de grande échappée. De boue et de féerie aussi lugubre que poétique.

Remise du prix le jeudi 17 mars, en présence du/de la lauréat(e) avec une émission spéciale juste après le journal de 13h00.


Le jour de la proclamation, venez rencontrer en exclusivité le ou la lauréate 2022, au micro du Président du jury, Laurent Dehossay, le jeudi 17 mars à 19h00 à la Galerie Bortier (Rue de la Madeleine n° 55 à 1000 Bruxelles)

Sur le même sujet

Philippe Gustin : "Sans être expert, j’aurais bien dit qu’en français 'usine à gaz', ça désigne un problème plutôt qu’une solution"

La Première

"Le duel des grands-mères" : Un gamin de Bamako est envoyé dans le village de ses aïeuls pour y apprendre les traditions. Il y découvrira bien plus…

La Première

Articles recommandés pour vous