Environnement

L’année du tigre commence, mais le fauve reste menacé d’extinction

Le tigre reste menacé d'extinction
02 févr. 2022 à 05:00Temps de lecture1 min
Par Rudy Hermans

Ce 1er février, date du Nouvel an chinois, c’est l’année du tigre qui a débuté.

L’heure n’est pourtant pas à la fête pour le plus grand félin du monde. Il figure en effet dans la longue liste des espèces menacées de disparition. Selon un rapport du WWF qui vient de paraître, certains indicateurs sont pourtant rassurants pour la survie de l’imposant carnivore, mais d’autres restent très inquiétants.

Les raisons d’être optimiste

Il y a un siècle, 100.000 tigres vivaient encore à l’état sauvage. Mais les populations ont continuellement été décimées, et il ne restait qu’un peu plus de 3000 individus en 2010. Alerte maximale.

Cette année-là, au terme d’un 1e Sommet du tigre, les 13 pays de son aire de répartition se sont engagés à enrayer ce déclin et à tout faire pour doubler le nombre d’animaux en une dizaine d’années.

Cet objectif n’a pas été atteint, mais la courbe a quand même été inversée. On dénombre aujourd’hui environ 4000 individus, et des résultats plutôt encourageants ont notamment été constatés au Népal, au Bhoutan, en Russie, en Chine et en Inde.

Les raisons d’être inquiet

Le félin est recherché pour sa peau, et des parties de son corps sont commercialisées pour leurs prétendues vertus médicinales. La chasse, le braconnage et le commerce illégal représentent donc toujours des menaces graves pour ce grand fauve.

Le constat est terrible : les tigres n’occupent plus aujourd’hui que 5% environ de leur territoire historique. Il y en a de moins en moins en Malaisie. Pire, l’espèce a probablement déjà disparu au Cambodge, au Laos et au Vietnam.

2022, année charnière

Un 2e Sommet mondial du tigre sera organisé en septembre prochain en Russie. Selon le WWF, il est urgent de poursuivre les efforts pour assurer la préservation de l’animal, loin d’être acquise.

Articles recommandés pour vous