Santé physique

Lancement d'une étude européenne pour mieux connaître la variole du singe

© Getty Images

Une vaste étude observationnelle, impliquant pour l'instant dix pays européens dont la Belgique, a été lancée pour mieux comprendre la variole du singe. Il s'agira de suivre des personnes atteintes par la maladie, de répertorier leurs symptômes et d'étudier leurs réponses aux traitements.

Cette nouvelle étude s'appuie sur des travaux en cours en République centrafricaine visant à mieux caractériser la maladie dans les pays où une propagation récente a été signalée. Pour l'instant, la Suisse est le premier pays à recruter des patients pour cette étude. Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont indiqué lundi avoir recruté leurs trois premiers patients. L'objectif est de l'étendre au plus grand nombre de pays.

"Grâce à cette collaboration internationale sans précédent, nous contribuerons à une meilleure compréhension, et donc à l'ajustement de notre réponse dans la lutte contre la maladie", qui connaît une diffusion géographique rapide, a relevé la professeure Alexandra Calmy, responsable de l'Unité VIH/sida aux HUG.

Au moins 500 patients sont prévus pour être intégrés à cette étude, a ajouté la professeure Calmy. À ce jour, dix pays ont annoncé leur participation. Outre la Belgique et la Suisse, on y trouve le Royaume-Uni, la France, l'Irlande, l'Italie, les Pays-Bas, la Norvège, le Portugal et l'Espagne.

La variole du singe est une maladie relativement rare. Elle provoque généralement une éruption cutanée douloureuse. Rarement mortelle, elle a été découverte à la fin des années 1950, avec des épidémies qui éclataient dans des communautés d'Afrique centrale et occidentale. La maladie se propage désormais à la région européenne.

Sur le même sujet

Variole du singe : déjà 14.000 cas de contaminations et cinq décès de par le monde dus à la variole du singe

Monde

Variole du singe : la Belgique achète 30.000 vaccins à une firme danoise

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous