Regions Namur

L’ambroisie, une plante invasive de plus en plus présente dans nos contrées

Ecoutez le reportage de Grégory Fobe

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

02 août 2022 à 04:08Temps de lecture1 min
Par Gregory Fobe

L’ambroisie se développe de plus en plus en Wallonie. La Région wallonne prend le problème très au sérieux puisqu’elle a été jusqu’à financer un observatoire en collaboration avec la faculté agro-biotech de Gembloux pour tenter de juguler la population qui est dite " émergente " pour l’instant. Cette mauvaise herbe originaire d’Amérique du Nord pousse notamment dans les champs de tournesols du sud de la France. Les graines qui y sont récoltées sont incorporées dans de la nourriture pour oiseaux et volailles vendue chez nous. Le problème c’est qu’elles sont contaminées par la plante invasive qui, une fois répandue sur le sol, peut germer si elle n'est pas consommée. " L’année dernière dans deux tiers des cas, les populations d’ambroisies ont été recensées à proximité de poulaillers " explique Adrien Delforge responsable de l’observatoire. " Elle a une dormance assez longue avant de pousser et quand les conditions sont bonnes, on est parfois parti pour 5 ans à dix ans."

 

 

Adrien Delforge

Des conséquences économiques et de santé publique

L’ambroisie peut poser un problème économique en ravageant par exemple des champs de tournesols mais elle est surtout redoutée pour des raisons de santé publique. Cette plante invasive qui peut faire de dix centimètres à deux mètres répand un pollen allergène jusqu’à fin septembre et peut même dans certains cas rendre des personnes allergiques.

L’observatoire wallon des ambroisies n’a pas la prétention d’éradiquer la plante mais de juguler son développement avant qu’il ne devienne incontrôlable. Pour y arriver, il faut pouvoir réaliser un travail de recensement à grande échelle en s’appuyant sur un maximum d’acteurs. Grâce aux applications permettant de reconnaître les plantes, n’importe quel citoyen peut identifier la mauvaise herbe avec son GSM. Par ailleurs, des formations gratuites de deux heures sont proposées à des guides nature, des ouvriers communaux et même à des passionnés de botanique qui désireraient apporter leur pierre à l’édifice.

Si vous repérez chez vous des ambroisies, vous pouvez informer l’observatoire via sa page Facebook ou le numéro 081/62.28.26.

Les ambroisies sont de plus en plus présentes chez nous. Ces plantes peuvent sembler inoffensives mais leur pollen est allergène et pourraient poser un vrai problème de santé publique si elles se répandaient à grande échelle.
Les ambroisies sont de plus en plus présentes chez nous. Ces plantes peuvent sembler inoffensives mais leur pollen est allergène et pourraient poser un vrai problème de santé publique si elles se répandaient à grande échelle. Observatoire des ambroisies

Articles recommandés pour vous