RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

La Wallonie fusionne ses outils de surveillance hydrologique, un an après les inondations

C'était une des recommandations du rapport du bureau suisse Stucky reprise par la commission d'enquête parlementaire sur la gestion des inondations de la mi-juillet 2021 : près d'un an après la catastrophe, les ministres wallons du Climat et de l'Environnement, les Ecolos Philippe Henry et Céline Tellier, ont annoncé, ce mardi, la fusion des outils régionaux de surveillance hydrologique.

Montant de l'opération : 1,2 million d'euros qui ont notamment servi à regrouper les bases de données des 450 stations de mesures installées aux 4 coins du territoire.

Concrètement, le 30 juin dernier, l'administration régionale a mis en ligne hydrometrie.wallonie.be, un site rassemblant, dans un seul canal de diffusion, toutes les questions liées à l'hydrométrie au sud du pays alors que jusqu'à présent, ces informations étaient réparties sur les sites infocrue.wallonie.be - géré par la direction de la gestion hydrologique - et aqualim.environnement.wallonie.be dépendant de la direction des cours d'eau non-navigables.

Simplifier et anticiper les crises

Objectif de cette fusion : simplifier et anticiper les crises en permettant aux entités locales d'avoir une vue d'ensemble de la situation hydrologique en temps réel grâce à la visualisation d'une multitude de données relatives aux précipitations, aux hauteurs d'eau et aux débits des cours d'eau wallons.

Le nouvel outil - qui se veut évolutif pour devenir à terme une véritable aide à la gestion de crise - répondra également aux besoins d'informations des citoyens et des professionnels, notamment en temps de sécheresse ou au contraire lors de crues ou de risques d'inondations en diffusant la situation des eaux et les prévisions hydrologiques avec les pré-alertes et les alertes de crue, transmises au centre régional de crise.

Aurait-il dès lors permis de limiter l'ampleur des dégâts, humains et matériels, s'il avait déjà été opérationnel en juillet 2021? "C'était une situation extrême qui avait été sous-évaluée dans les prévisions", a nuancé Philippe Henry.

"Ce qu'il faut aujourd'hui, c'est se préparer au mieux et agir partout où on le peut, entre autres en améliorant le dialogue, l'exploitation des données dont on dispose et la circulation de l'information. Cet outil unique, c'est une pièce dans le puzzle qui doit nous aider à mieux gérer ce type de situations", a-t-il ajouté.

Ce nouveau portail simplifie le travail sur le terrain, avec toutes les informations rassemblées à un seul endroit

"Ce nouveau portail simplifie le travail sur le terrain, avec toutes les informations rassemblées à un seul endroit et la possibilité de garder un historique des différentes mesures", a de son côté souligné Michel Januth, le bourgmestre de Tubize, dont les techniciens utilisent le nouveau site depuis son lancement.

"Disposer des informations en temps réel est également important car ça nous fait gagner du temps dans l'anticipation des risques d'inondations", avec notamment la possibilité d'activer plus tôt le plan mis en place à la suite des inondations qui ont ravagé la commune en 2010, a-t-il enfin indiqué.

Sur le même thème (04/07/2022)

Barrages et inondations: quelles leçons ont été tirées? (Philippe Henry)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Inondations en Wallonie : un an après, Chaudfontaine tente de se reconstruire

Belgique

Articles recommandés pour vous