RTBFPasser au contenu
Rechercher

La VRT défend les gros salaires de certaines figures de la télé

09 juin 2022 à 17:47Temps de lecture2 min
Par Belga

Le patron de la radio-télévision publique flamande VRT a défendu jeudi les gros salaires accordés à certains de ses animateurs vedettes, au centre d’une polémique en Flandre.

"Si l’on veut construire une entreprise médiatique moderne et conquérir un large public, il faut alors investir dans des personnalités qui attirent ce public", s’est justifié Frederik Delaplace, lors d’une audition au Parlement flamand.

Dans un souci de transparence, le rapport annuel de la VRT a, pour la première fois cette année, levé le voile sur les contrats d’exclusivité signés avec des animateurs vedettes de la chaîne.

Il y est ainsi apparu que six 'visages' de la VRT percevaient un salaire de plus de 300.000 euros par an. Onze autres animateurs ont, eux, des salaires annuels allant de 101.000 à 300.000 euros.

Le rapport annuel ne cite pas les noms des bénéficiaires de ces contrats généreux, mais la presse flamande a avancé depuis ceux de plusieurs vedettes de la chaîne.

Nous attendons évidemment de ces collaborateurs qu’ils rapportent à la hauteur de ces investissements

"Nous devons honnêtement reconnaître qu’il y a beaucoup de programmes à succès de la VRT qui le seraient beaucoup moins s’ils n’étaient pas faits avec et par les personnalités qui les font aujourd’hui", a ajouté M. Delaplace.

"Cela a évidemment un prix, et même un prix élevé. J’ai bien conscience que c’est beaucoup d’argent, mais nous attendons évidemment de ces collaborateurs qu’ils rapportent à la hauteur de ces investissements", a encore dit M. Delaplace.

Le patron de la VRT a rappelé que son entreprise évoluait dans un marché concurrentiel, face à des entreprises médiatiques commerciales, et qu’elle n’avait dès lors d’autre choix que d’agir à armes égales si elle voulait pouvoir se mesurer à elles.

M. Delaplace a toutefois reconnu qu’il convenait d’assurer une plus grande diversité parmi les dix-neuf 'visages' grassement rémunérés de la chaîne publique, parmi lesquels on ne dénombre en effet que quatre femmes à peine.

Ces visages "ne sont pas suffisamment jeunes, pas suffisamment féminins, et pas suffisamment ouverts à la diversité. Cela doit changer. Notre sélection de personnalités ne reflète pas suffisamment la composition de notre société", a-t-il concédé.

 

Sur le même sujet

Un front commun syndical de la VRT annonce une grève le 31 mai contre le plan de transformation

La VRT et Handicap International élus employeurs les plus attractifs en 2022 par Randstad

Belgique

Articles recommandés pour vous