RTBFPasser au contenu

Monde

La Turquie établit son propre bulletin pour l'adhésion à l'UE, mention très bien

La Turquie établit son propre bulletin pour l'adhésion à l'UE, mention très bien
31 déc. 2012 à 10:03 - mise à jour 31 déc. 2012 à 14:571 min
Par Belga News

"Notre gouvernement, qui poursuit le processus de réforme malgré tous les blocages politiques, est devenu le gouvernement le plus réformateur d'Europe", affirme le préambule du document de 270 pages, diffusé par le ministère turc de l'Union européenne. "Alors que les pays de l'UE se débattent dans la crise, notre pays traverse la période la plus démocratique, prospère, moderne et transparente de son histoire."

Le rapport turc liste, secteur par secteur, les réformes entreprises au cours de l'année écoulée par le gouvernement pour mettre la Turquie en conformité avec les normes européennes.

Cette publication intervient alors qu'Ankara avait mal accueilli les évaluations formulées par la Commission européenne dans son rapport annuel sur les progrès de la Turquie, rendu public en octobre.

"Nous avons constaté que le rapport de progrès de la Turquie était resté cette année dans l'ombre de positions encore plus subjectives, partisanes, infondées et arbitraires", a rappelé lundi dans un communiqué le ministre turc de l'UE, Egemen Bagis.

Détermination

La Turquie a donc choisi de répondre à la Commission avec son propre rapport, "pas seulement comme une réaction mais aussi avec à l'idée de faire connaître la détermination de notre pays à mener les réformes", a ajouté le ministre.

Dans son rapport annuel, la Commission européenne avait déploré des insuffisances, principalement dans le domaines des libertés individuelles. "Le nombre élevé d'affaires juridiques et d'enquêtes concernant des journalistes ainsi que la pression indue à l'encontre des médias" continuent d'être une source de "préoccupation grave", soulignait le rapport.

La Turquie a entamé en 2005 des négociations d'adhésion à l'UE, mais les pourparlers patinent, en raison notamment de l'hostilité de certains pays européens comme la France et l'Allemagne à une pleine adhésion turque, mais aussi de blocages d'Ankara.

La Turquie refuse notamment d'élargir à la République de Chypre, sous administration chypriote-grecque et membre de l'UE, le bénéfice des accords de libre circulation qui la lient au bloc européen. Ce refus a entraîné le gel de plusieurs chapitres de négociation.


Belga

Articles recommandés pour vous