RTBFPasser au contenu

Monde

La Turquie change son nom anglais pour mieux incarner "les valeurs de la nation turque"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d’une conférence de presse, le 18 janvier dernier.
24 janv. 2022 à 10:562 min
Par Lisa Rouby

C’est une idée qui trottait depuis quelques années déjà dans la tête du président turc Recep Erdogan : changer le nom anglais de son pays. Bientôt, on ne dira donc plus "Turkey" mais bien "Turkiye".

Pourquoi ce changement ?

Comme s’en félicite Fahrettin Altun, responsable de la communication du gouvernement turc, ce changement est "une étape supplémentaire importante" prise afin de "renforcer la marque turque" à l’étranger. Le président lui-même affirme être très satisfait dans un communiqué : "Le mot 'Turkiye' représente et exprime au mieux la culture, la civilisation et les valeurs de la nation turque".

Mais l’une des raisons de ce changement pourrait bien être plus cocasse. En effet, si "Turkey", fait référence au pays, elle signifie également…"dinde" en anglais. En tapant ce mot dans une barre de recherche, on tombe donc sur une majorité de photos de l’oiseau, au lieu du pays. Une confusion compliquée à gérer qui aurait donc en partie poussé le président Erdogan à changer le nom du pays.

Sur les vêtements fabriqués en Turquie, il sera donc inscrit "Made in Türkiye" et non plus "Made in Turkey", afin de "porter ce nom à l’international", toujours selon le président Erdogan.

Les Turcs indifférents

Si certains officiels ont applaudi la décision du président, il semble que la grande majorité des Turcs y soit indifférente. Pour eux, rien de nouveau, puisqu’ils utilisent le terme "Turkiye" depuis la déclaration d’indépendance du pays, en 1923.


►►► À lire aussi : Turquie : Erdogan sauve in extremis la livre turque du naufrage


Pourtant, certains Turcs sont plus amers face à ce changement qu’ils considèrent comme inutile, alors que le pays fait face à une crise économique et politique sans précédent.

Ata Benli, Youtubeur populaire et très actif sur les réseaux sociaux, a ironisé en s’exclamant que cette décision pourrait peut-être faire "redescendre la livre turque à cinq pour un dollar" (elle est actuellement à plus de treize pour un dollar).

Deux drapeaux turcs flottant près de la tour Galata, à Istanbul.
Deux drapeaux turcs flottant près de la tour Galata, à Istanbul. AFP et Belga

Quelle que soit la réaction, la Turquie n’est pas le premier pays à changer de nom. C’est d’ailleurs un phénomène plutôt récurrent ces dernières années.

On peut citer par exemple la Macédoine, qui est devenue la Macédoine du Nord en 2018, ou encore la République tchèque, devenue la Tchéquie en 2016. Plus récemment, les Pays-Bas ont choisi de ne plus utiliser le nom Hollande en 2019, estimant qu’il semait trop la confusion.

Actuellement, le président turc Recep Erdogan serait en négociations avec les responsables des Nations Unies (ONU) afin d’obtenir bientôt l’homologation officielle.

Sur le même sujet

02 févr. 2022 à 05:16
3 min
22 janv. 2022 à 18:25
1 min

Articles recommandés pour vous