RTBFPasser au contenu

Jupiler Pro League

La Tribune - Anthony Moris revient sur sa période au Standard : "Jouer pour son club de cœur, ça n’a pas de prix"

Anthony Moris, invité de La Tribune, à propos du Standard : "Jouer pour son club de cœur, ça n'a pas de prix"

La Tribune

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Anthony Moris, le gardien de l’Union Saint-Gilloise était l’invité spécial de l’émission de La Tribune ce lundi soir. L’occasion pour les journalistes et consultants, mais aussi pour le joueur, de revenir sur certaines périodes de sa carrière, dont une, très importante à ses yeux, celle du Standard.

De 2000 (il n’avait alors que dix ans) à 2014, Anthony a grandi et évolué entre les murs de Sclessin et en garde un très beau souvenir : "Jouer pour son club de cœur ça n’a pas de prix." Et quant à la question de savoir pour quoi ça n’a pas fonctionné, le gardien répond simplement : "Je pense qu’à un moment donné c’est une question de maturité. Il y a des joueurs qui sont plus vite prêts que d’autres. Je pense que les qualités étaient là à l’époque mais jouer dans un club comme le Standard ce n’est pas donné à tout le monde directement. C’est pour ça que j’ai beaucoup de respect pour ce qu’Arnaud Bodart [gardien du Standard, ndlr] fait à son âge. Je n’étais pas capable de le faire à l’époque, il fallait que je trouve ma voie différemment."

Après les Rouges, tout n’a pas toujours été rose. Anthony Moris est passé par plusieurs périodes compliquées… Les ligaments croisés (deux fois) puis le chômage aussi et quand un nouveau boulot s’est présenté, à Malines, il gagnait 1.000 euros bruts par mois : "Mais je voulais redevenir footballeur, retrouver un groupe, un club."

 

Sur le même sujet

02 févr. 2022 à 07:01
1 min
31 janv. 2022 à 06:29
3 min

Articles recommandés pour vous