Guerre en Ukraine

La Tchétchénie mobilise ses unités spéciales pour les envoyer en opération en Ukraine

Ukraine : les troupes tchétchènes mobilisées

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

26 févr. 2022 à 11:46Temps de lecture2 min
Par Daniel Fontaine

Excès de zèle ou prémices d’une guerre sans merci ? Les unités spéciales tchétchènes se préparent à intervenir en Ukraine. Ces hommes de sinistre réputation sont reconnaissables à leur uniforme noir, qu’aucune autre unité dans toute la Fédération de Russie ne porte.

L’homme fort de Tchétchénie Ramzan Kadyrov, a rassemblé vendredi 12.000 hommes de ses unités spéciales à Grozny pour les haranguer. Il leur a demandé de se tenir prêts à intervenir en Ukraine, dès que le président russe ferait appel à eux.

70.000 Tchétchènes prêts à intervenir

"Ce sont des volontaires qui sont prêts à participer à n’importe quelle opération spéciale à tout moment pour protéger notre État et notre peuple ", a clamé Raslan Kadyrov cité par le site Chechnya Today. Le média affirme que 70.000 Tchétchènes pourraient partir en Ukraine. Mais il précise qu’aucune troupe n’y sera envoyée tant que le "commandant suprême en chef" Vladimir Poutine ne l’aura ordonné.

Loading...

Dans son discours, Ramzan Kadyrov a pratiquement lancé un ultimatum au président ukrainien Volodymyr Zelensky : "J’aimerais donner un conseil à l’actuel président Zelenskyy, avant qu’il ne devienne l’ex-président de l’Ukraine", a-t-il menacé. "Qu’il se dépêche d’appeler notre président, le commandant en chef Vladimir Poutine, et lui demande pardon de ne pas l’avoir fait plus tôt. Il doit faire ce pas pour sauver l’Ukraine et le peuple ukrainien. Il doit demander pardon et accepter toutes les conditions que la Russie exige actuellement."

Ramzan Kadyrov a été placé à la tête de la Tchétchénie, petite république russe à majorité musulmane, en 2007 par Vladimir Poutine, à qui il voue une fidélité absolue. Le leader a imposé un régime répressif en s’appuyant sur ses unités spéciales baptisées "kadyrovtsky". Ces forces paramilitaires sèment la terreur pour traquer ses ennemis ou punir les proches de membres de la rébellion. Le dirigeant tchétchène et ses hommes sont régulièrement accusés d’exécutions extrajudiciaires, de tortures et d’enlèvements.

"Une chappe de terreur sanglante"

Pour le traducteur d’origine russe André Markowicz, si les kadyrovtsky interviennent en Ukraine, ce sera pour y imposer "une chappe de terreur sanglante". Dans une chronique très suivie sur Facebook, il estime que "l’armée russe n’a pas, en tant que force militaire, la capacité, non pas de prendre, mais de contrôler, des villes comme Kharkov (1, 5 million habitants) ou Kiev (presque 3 millions). Ce rôle va revenir aux troupes de Kadyrov : non pas contrôler la circulation ou la distribution de nourriture, mais arrêter assez de gens, semer la terreur dans la population d’une façon telle que plus personne n’ose (comme c’est le cas de la population tchétchène elle-même) dire quoi que ce soit."

Pour le moment, il n’y a pas eu de demande officielle d’envoyer des forces tchétchènes en Ukraine.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous