La Sûreté de l'Etat "préoccupée" par la banalisation des idées d'extrême droite en politique

02 juil. 2020 à 07:33 - mise à jour 02 juil. 2020 à 07:33Temps de lecture1 min
Par Am.C.

Pascal Pétry, administrateur général adjoint de la Sûreté de l’Etat, était l’invité de la Première ce jeudi matin. Une interview au lendemain de la publication du rapport 2019 du service civil de renseignement et de sécurité du pays.

Les services de renseignements suivent donc de près la banalisation des idées d’extrême droite dans le discours politique. Pour Pascal Pétry, "ça préoccupe. Ça rend plus accessible le message et ça conforte dans leurs idées les personnes qui s’entraînent ou voudraient commettre un acte."

Même s'"il faut faire la part des choses. Ces personnes qui sont visées ne sont pas de grands adeptes du monde politique et de l’institutionnel. Donc il y a une marge entre eux et la représentativité au Parlement."

La Sûreté politisée ?

De là à dire que la Sûreté de l’Etat est un service politisé, comme l’a fait Tom Van Grieken, le président du Vlaams Belang ce mercredi soir dans l’émission Terzake sur les ondes de la VRT (voir la vidéo ci-dessous) ? Tom Van Grieken a en tout cas annoncé son intention de porter plainte contre la Sûreté de l'Etat.

"Je laisse ces propos au président du Vlaams Belang. Nous sommes un des services, avec les militaires, qui est le plus contrôlé en Belgique, objecte Pascal Pétry. Nous avons régulièrement rendu compte de nos activités au Parlement […] Nous présentons un rapport d’activité, nous expliquons ce que nous faisons. On est dans un schéma d’ouverture."

Par ailleurs, "la loi ne nous permet pas de travailler sur des hommes ou des femmes politiques. Ce que nous pouvons faire c’est constater qu’un homme ou femme politique peut être la victime ou la cible d’espionnage, d’ingérence ou de terrorisme, ou que cette personne pourrait – c’est le cas extrême – en être à la source."

►►► À lire aussi : Schild&Vrienden : "J’ai été estomaqué par leur haine profonde envers tout ce qui est différent d’eux"

►►► À lire aussi : Suspectés d’espionnage, "des étudiants ou des ressortissants chinois se sont vu refuser l’accès au territoire belge"

Loading...

Sujet JT 19H30 de ce jeudi 2 juillet

Sur le même sujet

Festival néonazi à Ypres à la fin de ce mois : des services de renseignement européens s’alarment. La ville annule finalement le festival

Belgique