RTBFPasser au contenu

La Suède en route vers le 'cashless'

En Suède, le paiement par carte et téléphone mobile détrône le cash
15 janv. 2018 à 11:34 - mise à jour 15 janv. 2018 à 11:342 min
Par Fabienne Pasau

La Suède connaît une évolution unique au niveau international : c'est le premier pays du monde où l'argent liquide pourrait bientôt disparaître. La Suède cashless, c'est ce que le monde bancaire appelle de ses vœux !
 

2/3 des Suédois estiment aujourd'hui qu'ils peuvent vivre sans argent liquide.
La proportion de paiement par cash dans les commerces est tombée en 6 ans de 40% à 15%, soit à peine 2% des échanges commerciaux. 
De plus en plus de commerces refusent d'ailleurs les billets et les pièces, et c'est tout à fait légal. Il est impossible aussi de payer les transports en commun en liquide.

On estime que d'ici 2030, le cash aura probablement complètement disparu en Suède, remplacé par diverses solutions de paiement électronique auxquelles les Suédois se sont facilement adaptés et qu'ils trouvent plus sûres : la carte bancaire, le paiement par téléphone portable, les virements par internet... 

 

Comment expliquer cette évolution ?

Stockholm se rêve en vitrine technologique de la Scandinavie. Les consommateurs suédois sont d'ailleurs très intéressés par les nouvelles technologies et ont donc été vite séduits par le paiement par téléphone. Ils ont aussi une grande confiance dans leur système bancaire et dans leur gouvernement qui contrôle l'économie. Ils n'ont pas besoin de voir et de toucher leur argent pour se persuader qu'il est en sécurité dans le système bancaire.

L'application de paiement entre particuliers Swish, lancée il y a 5 ans, a été adoptée par 60% de la population suédoise. Elle remplace le cash là où on ne pouvait pas le faire auparavant : pour de petits paiements de services entre voisins, ou pour la baby sitter par exemple.

Les banques suédoises encouragent ce modèle, qui leur permet de réduire leurs frais et d'augmenter leur profit. La plupart de leurs agences ne permettent d'ailleurs plus de retirer ou de déposer de l'argent liquide. Avec comme conséquence que le nombre de braquages de banques a diminué de façon spectaculaire. Avec aussi des bénéfices pour toute la société, car manier le cash est coûteux pour les commerces, peu écologique en termes de transport, peu sécurisant pour tous. Les paiements au noir sont moins nombreux quand il y a moins de cash en circulation...



Mais le système a son revers...

Ce monde idéal a aussi ses laissés pour compte : tous ceux qui n'ont pas de carte bancaire, de téléphone portable, de connexion Internet. On estime qu'un million de personnes restent au bord de l'autoroute numérique : les personnes âgées, les réfugiés, les handicapés, les habitants de zones reculées... qualifiés de "non-rentables" par les banques. 

Un rapport de la Banque centrale démontre que dans le cas d'une panne informatique géante, ou d'une attaque ennemie, la Suède sombrerait vite dans le chaos. Alors que la loi impose de fournir à la société suédoise un système de paiement sécurisé et efficace...

Le risque est aussi que le marché du paiement devienne complètement privé, avec un quasi monopole par quelques banques et quelques sociétés internet, et à la clé, des prix élevés et des services de mauvaise qualité.

 

Ecoutez le reportage de Frédéric Faux dans Transversales

 

 

 


 

Sur le même sujet

15 juil. 2019 à 13:30
3 min

Articles recommandés pour vous