Regions Liège

La société liégeoise Miracor autorisée à tester aux Etats-Unis son ballonnet contre les séquelles d’infarctus

La Food and Drugs Administration autorise une large étude clinique sur trois cents patients

© © Tous droits réservés

C’est sans doute une étape cledans le développement de cette petite société d’une trentaine de personnes, installées à Awans dans la banlieue liégeoise, après avoir été fondée en Autriche. Depuis plusieurs années, elle met au point un dispositif qui doit réduire les séquelles de l’infarctus du myocarde. C’est un ballonnet, introduit par l’aine du patient, et relié à une machine qui le gonfle et le dégonfle, de façon à réguler le flux du sang dans les zones non irriguées à la suite d’un accident cardiaque sévère, ce qui réduit les risques de complications et réduit la durée des hospitalisations.

Le projet est soutenu par divers organismes publics et notamment par une avance de trésorerie de la région wallonne. La société Miracor a déjà obtenu de premières certifications européennes. L’autorisation des autorités sanitaires américaines permet une étude clinique sur trois cents personnes. L’efficacité de la méthode a déjà été établie, et il s’agit à présent d’en valider la sécurité, par une évaluation des éventuels effets indésirables en phase aiguë à trente jours, mais pas seulement.

En parallèle, la société Miracor annonce, dans le courant de cette année encore, qu’elle va procéder à une levée de fonds d'une cinquantaine de millions, en soutien à son développement, avec déjà des perspectives de partenariats asiatiques.

Articles recommandés pour vous