RTBFPasser au contenu

Regions Liege

La société flémalloise Liberty échappe à la mise en liquidation

Un nouveau départ pour Liberty Steel dans le bassin liégeois ? A voir...

La décision doit tomber jeudi à la mi-journée, mais elle ne fait plus l’ombre d’un doute : la cour d’appel s’apprête à réformer, à annuler, le jugement de dissolution de Libertry, prononcé le mois dernier par le tribunal de l’entreprise. Et pour cause, formellement, la firme a, de justesse, rempli ses obligations légales : elle a réduit son niveau d’endettement pour restaurer, de justesse, ses fonds propres, et elle a enfin déposé ses comptes annuels. Ils n’ont cependant pas été certifiés par un réviseur, ils sont donc provisoires, avec des pertes de cinquante millions et des dettes de plus de cent millions. Ce qui a fait dire à la procureure que la perspective est loin d’être favorable, que la continuité des activités est loin d’être assurée, et que ses services vont continuer à mener une surveillance active.

Le groupe Liberty a mis à profit les dernières heures pour négocier un accord avec les syndicats : dès le lendemain du prononcé de l’arrêt de la cour d’appel, une requête va être déposée pour désigner un mandataire de justice, l’avocat Aydogdu, qui a déjà joué le rôle de médiateur dans cette affaire. Il serait investi d’une mission précise, et de pouvoirs étendus, pour éventuellement s’opposer à toute décision qui ne respecterait pas l’échéancier, convenu avec les partenaires sociaux, pour la relance de l’outil et l’achat des bobines de tôles pour faire tourner les usines.

Les travailleurs, qui ont bien dû constater le manque d’empressement des ministres wallons et des liquidateurs dans la recherche d’un repreneur, ont accepté les termes de cette convention, sans qu’il s’agisse réellement d’un retour de la confiance.

Sur le même sujet: JT 13/04/2022

Articles recommandés pour vous