Séries RTBF

La série "Les Combattantes" en sept chiffres impressionnants

Audrey Fleurot dans "Les Combattantes"

© © 2021 / CAROLINE DUBOIS / TF1 / QUAD DRAMA

04 oct. 2022 à 07:00 - mise à jour 04 oct. 2022 à 07:20Temps de lecture3 min
Par Noémie Jadoulle

Grosse production réunissant Audrey Fleurot, Camille Lou, Julie de Bona et Sofia Essaïdi en tête d'affiche, la série Les Combattantes reconstitue avec beaucoup de moyens l'Est de la France en pleine Première Guerre mondiale. Un projet ambitieux que l'on résume ici en quelques chiffres éloquents.

>> Voir la série sur Auvio.

150 rôles et 3000 figurants

En plus des quatre héroïnes principales, Les Combattantes met en scène une large fresque de personnages, "des seconds rôles formidables incarnés par des comédiens venus de tous horizons, explique Anne Viau, directrice de la fiction française chez TF1. Des talents confirmés à l’image de Sandrine Bonnaire, Tcheky Karyo et Laurent Gerra, mais aussi des jeunes acteurs prometteurs comme Maxence Danet-Fauvel (Skam), Mikaël Mittelstadt (Ici Tout Commence) ou Eden Ducourant (Pour Sarah)."

Et qui dit guerre dit soldats, mais aussi infirmières, civils et victimes. En tout 3000 figurants se sont prêtés au jeu de la série. Une seule séquence pouvait ainsi mettre en scène jusqu'à 200 figurants en même temps, principalement en extérieur (50% de la série a été tourné dehors).

Loading...

1380 costumes et 600 uniformes

Par respect pour l'Histoire et dans une démarche de mémoire, il fallait que les costumes des comédiens et comédiennes correspondent au maximum à la réalité d'autrefois. C'était en tout cas l'intention du réalisateur Alexandre Laurent (qui avait déjà réalisé Le Bazar de la Charité). "Pour les costumes militaires et les faits historiques, nous avons voulu rester le plus possible fidèles à la réalité, confie le metteur en scène. Heureusement, je n’étais pas seul pour y veiller. Nous avions sur le plateau un conseiller militaire, toujours en activité, et un autre spécialisé dans les reconstitutions historiques, qui travaillait avec l’équipe costumes…".

Les Combattantes
Les Combattantes © 2021 / CAROLINE DUBOIS / TF1 / QUAD DRAMA

Sur le tournage, une équipe de costumiers et costumières s'attelaient donc à habiller comédiens et figurants… le plus rapidement possible. "Sur le plateau, on ajoutait constamment des éléments, on en enlevait. Mon équipe, composée de 23 personnes, est montée jusqu’à 40 car nous ne disposions que de 2 heures pour préparer tout le monde, explique Valérie Adda, créatrice de costumes. Sachant qu’il faut 20 minutes pour habiller un comédien, le temps était compté sur les séquences avec beaucoup de figuration".

La costumière devait faire preuve de souci du détail, mais aussi de pragmatisme : "J’ai fait fabriquer de faux impacts de balle que l’on cousait sur les tenues. Cela nous permettait de ne pas abimer les costumes et de les utiliser plusieurs fois".

100 litres de faux sang

Les Combattantes reconstitue aussi la guerre dans ce qu'elle a d'horrible et de cruel. Les blessés et morts en faisant partie, l'équipe de la série s'est entourée de spécialistes en maquillage et effets spéciaux comme David Scherer, lui-même aidé d'une conseillère médicale pour aider sur les scènes de chirurgie"Elle nous a aidés à apporter un côté cru et réaliste en nous expliquant notamment comment le sang s’écoulait d’une artère ou d’une veine, quelle apparence une opération devrait avoir…", révèle-t-il.

Julie de Bona, Audrey Fleurot, Sofia Essaïdi et Camille Lou dans "Les Combattantes"
Julie de Bona, Audrey Fleurot, Sofia Essaïdi et Camille Lou dans "Les Combattantes" © 2021 / CAROLINE DUBOIS / TF1 / QUAD DRAMA

"Les maquillages les plus compliqués étaient ceux qui mettaient en scène des opérations parce qu’ils nécessitaient des dispositifs particuliers. Pour l’une d’elles, l’idée était de montrer que les médecins n’arrivaient pas à sauver un soldat en simulant une hémorragie. Nous avons installé sur le comédien une prothèse, qui allait de son épaule à son torse, et dissimulé des tuyaux dans son dos et sous la table d’opération. Tout au long de la séquence, une personne de mon équipe actionnait une pompe remplie de faux sang. Ainsi, les compresses posées par le chirurgien s’imbibaient de sang en continu"

300 armes et 130 chevaux

"Quand on sort de sa loge et qu'on a 25 soldats qui vous passent devant, 14 chevaux, des charrettes, des trucs… On y est quoi !", nous racontait Sofia Essaïdi lors du Festival Séries Mania à Lille. La production a en effet investi pour que la reconstitution soit la plus impressionnante possible. "Entre les explosions, les figurants, les chevaux, les endroits inaccessibles, la météo changeante… Chaque jour était un challenge ! J’ai dû faire beaucoup plus de choix, me laissant peu de marge de sécurité. C’est la série la plus complexe que j’ai eue à raconter", explique Alexandre Laurent.

Tchéky Karyo et des figurants dans "Les Combattantes".
Tchéky Karyo et des figurants dans "Les Combattantes". © 2021 / CAPTURE D'ÉCRAN / TF1 / QUAD DRAMA

Les scènes de combat ont même été tournées sur d'anciens champs de bataille, ce qui a valu aux équipes quelques surprises… "En repérage, on a trouvé de vieux obus, explique le réalisateur. Le garde forestier nous a rassurés mais nous avions pour consigne de quitter la zone en cas d’odeur suspecte !".

Les deux derniers épisodes de la série Les Combattantes sont à voir le mardi 4 octobre dès 20h25 sur La Une. Et à revoir pendant 15 jours sur Auvio !

Sur le même sujet

Découvrez les premières images de la série "Les Combattantes" avec Julie de Bona, Audrey Fleurot, Sofia Essaïdi et Camille Lou

Séries RTBF

"Le Bazar de la charité" : ce qu’il faut savoir sur la série avec Audrey Fleurot

La Une

Articles recommandés pour vous