RTBFPasser au contenu

La sagesse, une qualité essentielle ?

La sagesse, une qualité essentielle ?
23 nov. 2018 à 16:50 - mise à jour 23 nov. 2018 à 16:503 min
Par RTBF La Première

"La sagesse paraît être une qualité intéressante car elle oriente les décisions vers des choix d’actions qui sont porteurs d’un bien-être à la fois individuel et collectif". Mais au fait, la sagesse, qu’est ce que c’est ? On pourrait penser que les définitions varient drastiquement selon les disciplines et les époques, mais ce n’est pas tout à fait le cas…

Dilip Jeste, un psychiatre gériatrique indien, a comparé les définitions de 31 articles scientifiques avec les opinions de 27 chercheurs travaillant sur la sagesse ainsi que les définitions données dans un ouvrage ancien Indien. Résultat : il s’est rendu compte que dans ces trois types de sources, les définitions étaient fort semblables.

Que ce soit la science moderne ou les ouvrages anciens, la sagesse se définirait au travers de 6 qualités essentielles: Une personne sage serait une personne qui :

- prend des décisions appropriées dans des situations sociales

- fait preuve d’une certaine stabilité émotionnelle

- n’est pas égoïste mais fait preuve de comportements prosociaux : l'empathie, la compassion, l'altruisme et le sens de l'équité

- se connaît, sait ses forces et ses faiblesses

- sait se remettre en question, entendre différents points de vue

- sait prendre des décisions même en présence d’incertitudes

Comment la sagesse se développe t-elle ?

Confucius cite trois façons "d’apprendre la sagesse". "Premièrement par la réflexion, ce qui est la méthode la plus noble, deuxièmement, par l’imagination, ce qui est la méthode la plus facile, et troisièmement, par l’expérience, ce qui est la méthode la plus amère". Alors, est-il possible de définir, de mesurer voir même d’améliorer la sagesse de quelqu’un ?

Toujours selon Dilip Jeste, la sagesse aurait une base anatomique dans le cerveau au niveau du cortex préfrontal et de l’amygdale. Le cortex préfrontal accueil le contrôle cognitif, qui a une influence par exemple, sur le caractère prosocial ou égoïste de nos actions, les deux étant nécessaires à notre survie. L’amygdale, très ancienne structure de notre cerveau en terme d’évolution, est une région associée aux émotions à la fois positives et négatives. La neurobiologie de la sagesse serait entre autres, la capacité à garder un équilibre entre ces deux types de comportements et entre ces deux types d’émotions en favorisant les positives.

La sagesse augmente-t-elle avec l’âge?

Les études se contredisent à ce sujet, mais il a été démontré que les personnes âgées ont des niveaux plus haut dans la plupart des composants individuels des échelles de mesure de la sagesse. La réactivité de l’amygdale face à des stimuli négatifs diminuerait avec l’âge, ainsi les personnes âgées seraient plus calmes et plus orientées vers les stimuli positifs.

La sagesse, une qualité pour le bien-être collectif ?

La sagesse paraît être une qualité intéressante car elle oriente les décisions vers des choix d’actions qui sont porteurs d’un bien-être à la fois individuel et collectif. De par la définition donnée précédemment, être sage nous rendrait donc plus altruistes, à l’écoute des besoins de chacun et moins égoïstes dans nos prises de décision.

Les conseils d’Ilios

"Ayez l’esprit d’un débutant". Plutôt que d'avoir des préjugés sur une situation, apprenez à garder l'esprit ouvert et à vous dire : "Je ne sais pas à quoi m'attendre", ce qui vous permettra d'apprendre et d'acquérir de la sagesse. Quand vous arrêtez d'avoir des idées préconçues sur les gens, les choses et les situations qui vous entourent, vous devenez plus sage en absorbant les changements et les nouvelles idées.

"Posez beaucoup de question". Une personne sage remet en cause ses motivations ainsi que les connaissances largement reconnues et apprend à aimer poser des questions quand il ne sait pas quelque chose. Car une personne sage sait qu’elle ne sait pas et qu’il est toujours temps d'apprendre.

"Ralentissez". Restez immobile pendant un moment au moins une fois par jour pour vous permettre de vous reposer et d'arrêter de participer à l'agitation du monde. Être tout le temps occupé et vous inquiéter sans cesse de ne pas y arriver peut faire de vous un modèle de vertu à votre travail, mais ne vous rendra pas plus sage.

Ilios Kotsou est Docteur en psychologie et Maitre de Conférences à l'Université Libre de Bruxelles, il analyse chaque semaine un thème fondamental de nos vies quotidiennes. Retrouvez-le sur son blog, sur sa page Facebook et tous les dimanches dans Week-end Première.

 

Articles recommandés pour vous