Coupe du Monde 2022

La RTBF maintient la diffusion de la Coupe du monde 2022 au Qatar mais fera son devoir d’information concernant les dérives

Le focus: Coupe du Monde au Qatar

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Plus que quelques semaines avant la Coupe du monde de football au Qatar, qui s’ouvrira le 20 novembre 2022. Une compétition qui est de plus en plus décriée comme un non-sens écologique, qui se tiendra dans un pays qui ne respecte pas les droits humains et qui a maltraité les travailleurs appelés à construire les stades.

Un sondage commandé par Amnesty International révèle notamment que plus de trois quarts (77%) des personnes interrogées en Belgique sont en faveur de l’indemnisation par la FIFA des travailleurs et travailleuses migrants qui ont souffert pendant la préparation de l’événement.

Selon Amnesty, indemniser ses travailleurs sera une tâche complexe : "Le montant n’est aujourd’hui pas connu parce qu’il va demander à être déterminé et ça va prendre beaucoup de temps. Il faudra aussi impliquer les syndicats, les travailleurs, les parties prenantes qui sont concernées pour déterminer ce chiffre et les personnes qui devront bénéficier d’une réparation", explique François Graas, coordinateur des campagnes pour l’ONG, invité sur La Première.

La demande de l’association est en tout cas claire : "Ce que nous demandons déjà à la FIFA, c’est de mettre de côté 420 millions d’euros, ce qui correspond en fait à ce que les équipes qui iront à la Coupe du monde recevront en prix. On parle de sommes importantes, mais il faut savoir que la FIFA gagnera plus de six milliards d’euros grâce à la Coupe du monde. Ce sont les recettes estimées. Elle a aussi des réserves financières qui dépassent 1,5 milliard d’euros, donc elle a de l’argent, elle a des moyens", ajoute François Graas.

Pas d’appel au boycott

Reste que ces derniers jours, de nombreux appels au boycott ont eu lieu, preuve d’un malaise au sein de la société dans son ensemble. Mais pour l’organisation, l’important est de laisser le choix à chacun : "Amnesty n’a pas d’appel au boycott. On n’est pas pour ni contre le boycott, on estime que chaque personne doit elle-même déterminer si elle voudra voir la Coupe du monde ou pas. Donc, on ne le fait pas, mais on respecte bien sûr les gens qui le font".

Diffusion des matchs sur la RTBF, mais il n’y aura pas que l’aspect sportif

En Belgique, la RTBF a obtenu les droits de diffusion de la compétition et retransmettra l’ensemble des matchs de cette Coupe du monde au Qatar.

La diffusion des matchs est donc maintenue : "Oui, nous maintenons la diffusion. Forcément, nous en avons débattu au sein de la rédaction, nous en avons débattu au sein de la direction, et nous avons décidé de diffuser", explique Benoit Delhauteur, directeur des sports à la RTBF. "Il y a certains éléments qui sont importants, c’est-à-dire que ce n’est pas la RTBF qui a attribué la Coupe du monde au Qatar, mais c’est la FIFA. Et nous n'avons pas acheté les droits de la Coupe du monde au Qatar, c’était un package de droits avec plusieurs tournois. Mais bien sûr, quand on arrive dans l’année de la Coupe du monde, on se pose ces questions parce qu’on est au courant de toutes ces dérives climatiques, environnementales et concernant les droits de l’homme. Et nous avons décidé de la diffuser parce que ça répond à un intérêt sportif qui répond à l’intérêt du public. Nous allons donc couvrir la Coupe du monde", précise le responsable.

Reste que le service public n’est pas sourd face aux protestations et que l’aspect sportif ne sera pas le seul à être développé : "Évidemment, le plus important, c’est que nous allons profiter de notre présence sur place et nous allons profiter du fait que tous les regards seront braqués vers le Qatar pour faire notre devoir d’information sur ces dérives environnementales, sur ces dérives des droits de l’homme. Tous les journalistes sur place, que ce soit les journalistes d’info ou les journalistes sportifs, feront leur mission pour raconter les problèmes qui se passent sur place. Tout journaliste devra avoir les yeux ouverts et rapporter ce qu’il voit et dénoncer ce qui doit être dénoncé. C’est essentiel dans notre mission", indique Benoit Delhauteur.

Sur le même sujet

"Ce ne sera pas 'Vive le foot' et rien d’autre" : la RTBF aussi a son plan de jeu au Qatar

Inside

Mondial-2022 : des médias du Qatar répliquent aux critiques européennes

Monde

Articles recommandés pour vous