Elections en Belgique

"Vague verte", "partenaires de la majorité fédérale affaiblis": la revue de presse au lendemain des Communales

LA revue de presse : il a dit quoi l'électeur ?

© Tous droits réservés

15 oct. 2018 à 07:09 - mise à jour 15 oct. 2018 à 07:09Temps de lecture2 min
Par Nicolas Vandenschrick

L'électeur a parlé. Par son vote, le citoyen, s'est exprimé. Et il a dit quoi, au juste, l’électeur, en son âme et conscience ?

L’appel du changement

"Vague verte", "partenaires de la majorité fédérale affaiblis": la revue de presse au lendemain des Communales

Pour bons nombres d'entre vous, vous avez dit qu'il fallait que ça change. Pas spécialement que ça change de parti. Pas obligatoirement que ça change de majorité. Mais tout de même, en un pavé, l'Avenir résume les grands départs : "Fourneau, Bellot, Di Rupo ne seront plus maïeurs." Le titre de cette édition ? "Perwez : André Antoine dans l’opposition"

Globalement donc, à l'échelle des Régions, la presse écoute le message des électeurs et constate, là aussi, ce vent de changement qui souffle. Pour Le Soir, c’est un avertissement aux partis traditionnels. "Il y a chez l’électeur, une envie d'autre chose. Le besoin de messages clairs, de projets de vie concrets et de radicalité... La Belgique francophone plébiscite des partis, à gauche, pas les abonnés du pouvoir. Mais plutôt ceux qui sanctionnent les formations traditionnelles... A Bruxelles, la vague est verte et c'est le MR qui prend la claque. En Wallonie, la vague est ultra-rouge, et c'est le PS qui passe à la caisse."

Oh, bien sûr, écrit la Libre. On connaît les éléments de langage de ce genre de soirée électorale. Chacun - un peu - hypocritement oublie ses reculs. Chacun choisit plutôt de mettre fièrement en exergue les progrès de son parti... Mais les tendances sont là. Une percée verte et un recul des partis traditionnels. La Wallonie ancrée à gauche. Parfois à l'extrême gauche. La Flandre marquée à droite.  Parfois à l'extrême droite. Attention, prévient l'Avenir, ce scrutin est un tour de chauffe pour les prochaines élections. Celle de Mai 2019. Plus que la voix des citoyennes, plus que le choix des citoyens, c'est donc bel et bien un avertissement aux partis traditionnels, les extrêmes attirent !

Le retour du Vlaams Belang

"Vague verte", "partenaires de la majorité fédérale affaiblis": la revue de presse au lendemain des Communales

Le premier constat, partagé par la plupart des éditorialistes, c'est qu'il n'y a pas un vainqueur... Le Laatste Nieuws et le Morgen s'interrogent même sur la couleur de ce dimanche. Vert, globalement, puisque Groen gagne des forces... Mais également, jaune pour Anvers, avec la victoire de Bart De Wever. Orange pour la Flandre occidentale, et le CD&V, et noir AUSSI... puisque le Vlaams Belang - cliniquement mort - est sorti du coma. Pour le Morgen, "les résultats sont ainsi que chaque parti flamand peut tirer de ce scrutin un enseignement, et son contraire..."

Le Standaard lui en tire une autre conclusion : "Ce 15 octobre le paysage politique du pays n'est pas devenu plus stable. Et les partenaires de la majorité fédérale, s'ils ont survécu à l'usure du pouvoir, en ressortent plutôt affaiblis."

Regardant les résultats des élections provinciales, le Morgen constate deux tendances. Deux partis vainqueurs : Groen et Vlaams Belang. Deux partis vaincus : N-VA et Sp.a. 

Pour le Morgen, s'il fallait choisir une couleur pour ce dimanche, ce serait le rouge, le rouge-sang d'une région - la Flandre - qui tourne le dos à la gauche. C’est le miroir finalement de ce que l’on constate au niveau international : la recherche d’un projet alternatif passe par un rejet des partis traditionnels.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous