Info

La revue de presse : Chine, l’angoisse de la page blanche

La revue de presse

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

29 nov. 2022 à 08:27Temps de lecture2 min
Par Nicolas Vandenschrick

En une de la presse, cette feuille blanche brandie par les citoyens chinois en colère symbolise toutes les frustrations. Un cinquième de la population chinoise subit toujours les mesures sanitaires de la politique zéro covid.

Sur chacun des clichés rapportés par la presse, elle est là, cette feuille, brandie à une ou à deux mains. Symbole de toutes les colères chinoises, cette feuille à force d’être agitée par les manifestants, fait souffler sur Shangaï "un vent de liberté sans précédent" (Le Monde.)

Dans ce pays où la Police peut se saisir des téléphones pour vérifier que n’y sont pas installées des applications permettant de contourner la censure, dans cette Chine, on entend désormais des slogans comme "Xi JinPing, démission" ou "Halte à la présidence à vie", rapporte le quotidien français.

"Où s’arrêtera cette révolution de la feuille blanche" se demande de Tijd.

Si aucun évènement ne survient, la contestation pourrait s’essouffler, analyse le quotidien économique, d’autant que les signaux envoyés par le pouvoir laissent entrevoir un possible assouplissement des mesures sanitaires. Sauf que désormais, la colère en Chine ne concerne plus uniquement les mesures sanitaires. Au départ, c’est bien la politique zéro covid menée par la Chine qui a généré la frustration. Désormais, c’est un soulèvement digne de Tien An-Men qui secoue l’empire du Milieu. Pour la première fois, écrit l’Echo, depuis 1989, la politique menée par le Parti communiste chinois fait l’objet d’une contestation ouverte. 

 

It’s the economy, stupid

Autre indicateur que le nombre de manifestant, c’est une fois de plus la santé de l’économie chinoise qui est scrutée. Le Parti Communiste Chinois tire sa légitimité de la bonne santé de l’économie, rappelle les journaux. Si cette économie devait continuer à battre de l’aile, voire entrer en phase de stagnation, c’est toute l’efficacité du régime qui s’en ressentirait. La page blanche brandit par les manifestants contient tous ces scénarios, mais elle donne surtout à lire un slogan, conclut l’Echo. Ceux qui le veulent peuvent le lire : L’empereur est nu. 

Mort subite du ministre biélorusse des affaires étrangères

Vladimir Makeï (64 ans) n’avait pas de maladie connue. Rien qui ne laisse penser que son état de santé était mauvais ou dégradé. Aucun signe de faiblesse. Et plusieurs rendez-vous prévus à l’agenda. Il revenait d’ailleurs du sommet d’Erevan, en Arménie où s’était tenue – signale le Monde - une réunion de l’Organisation du traité de sécurité collective, l’alliance militaire des anciennes républiques soviétiques.

Sa mort soudaine ne manque pas de provoquer des rumeurs, quelques commentaires et beaucoup de questions.

La première est évidemment celle de son remplacement. L’homme, diplomate chevronné, était un vétéran de la politique biélorusse. Pas membre de l’opposition, écrit le Courrier International, mais plutôt modéré parmi les durs du régime d’Alexander Loukachenko. La formule est ramassée de la sorte : il était le plus "pro biélorusse" du régime pro russe. Ainsi, c’est lui qui prônait le multidirectionnelle, soit le maintien de contact à la fois avec Moscou et avec l’Occident. A ce titre, Vladimir Makeï était vu par certains comme un candidat acceptable au rôle de dirigeant biélorusse alternatif.

Aurait-il été tué, se demande le Courrier international. Si oui, faut-il y voir la main de Moscou, ou celle de Loukachenko lui-même, demande un quotidien biélorusse.

Quelles que soient les hypothèses avancées, le Courrier international souligne que trouver son remplaçant ne sera pas simple. Il y a peu de candidats et celui-ci devra plaire au Kremlin sans faire passer le régime biélorusse pour fantoche.

Recevez une fois par jour l'essentiel de l'info

Chaque matin vers 10h (du lundi au vendredi), recevez un condensé des principaux titres de la rédaction web de la RTBF. Et en cas d’événement majeur, soyez les premiers informés par nos newsletters flash.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous