Cyclisme

La renaissance de Louise Jacquemin : "Je pensais que je quitterais l’hôpital en chaise roulante"

© Thierry De Bruyne

Louise Jacquemin a terminé 3e du premier Critérium du Brabant Wallon, organisé dimanche dernier à Tubize.

La Waterlootoise a terminé derrière Alana Castrique et Kelly Druyts. Une belle performance, une véritable renaissance même pour la Brabançonne, qui avait dû être hospitalisée en urgence en avril dernier, pour une infection de la moelle épinière.

Débuts dans le peloton en février 2022… à 27 ans

L’histoire de Louise Jacquemin est atypique. Cette prof de sport s’est mise au vélo pendant le premier confinement.

Louise accroche directement et s’en va rouler avec un club de cyclos. La Waterlootoise impressionne tout le monde sur strava, une application qui enregistre les données des sportifs via GPS. Ludivine Henrion, Manager de l’équipe Bingoal Wallonie Bruxelles Ladies, prend alors contact avec la coureuse brabançonne : "Ludivine m’a dit, normalement c’est vrai on passe des petits tests, les filles vont en stage, pour voir si elles peuvent intégrer l’équipe. Mais au vu de ton travail, et de tes sorties je pense qu’il n’y aura pas de problèmes. Elle m’a invité à une journée de team building, pour rencontrer les filles, et c’est comme ça que j’ai intégré l’équipe".

Louise Jacquemin et Fiona Mertens (Bingoal Wallonie Bruxelles Ladies)
Louise Jacquemin et Fiona Mertens (Bingoal Wallonie Bruxelles Ladies) © Thierry De Bruyne

"Je suis dans le peloton et trois jours plus tard, je suis couchée dans un lit d’hôpital sans pouvoir bouger les pieds"

Elle découvre donc le peloton à 27 ans. On la retrouve notamment sur le Samyn des Dames. Sa saison démarre bien, jusqu’à ce week-end d’avril. Louise ne sent plus ses jambes, les douleurs sont intenses, elle décide d’aller aux urgences : "L’hospitalisation, personne ne l’avait vu venir. On ne sait toujours pas pourquoi j’ai eu cette inflammation de la moelle épinière. Je suis dans le peloton un samedi et trois jours plus tard je me retrouve, couchée dans un lit d’hôpital sans pouvoir bouger ses pieds. Du coup, là, je m’étais moralement préparée à quitter l’hôpital en chaise roulante en me disant ; ce n’est pas grave, Louise. Tu iras dans l’équipe paralympique belge, ça va le faire. Tu continueras à rouler, mais autrement. "

Mais Louise ne baisse pas les bras. Une fois prise en charge à l’hôpital elle se bat pour retrouver l’usage de ses jambes : " J’ai commencé la kiné, je me suis dit qu’il y allait. Ça allait le faire de récupérer un peu de mobilité. Donc je me suis battue tous les jours pendant douze jours à l’hôpital. Il a fallu réapprendre à marcher, réapprendre à refaire du vélo, à pousser misérablement 50 watts en étant au bout de ma vie. Et puis quand j’ai quitté l’hôpital, j’ai quitté l’hôpital sur mes pieds, donc rien que ça, c’était déjà une victoire, donc ça booste le moral malgré la complexité de la maladie.

Percutée par une voiture à l’entraînement en mai

Louise reprend progressivement le vélo. D’abord accompagnée, ensuite seule. Sa deuxième sortie se termine mal : "Il me restait six kilomètres avant d’arriver à la maison. D’un coup une voiture surgit et me percute. La dame était en tord. J’ai volé au-dessus de la voiture vélo. Mon vélo était complètement cassé. Moi ça allait, mais j’avais de nouveau le moral dans les chaussettes".

Fracture de l’épaule en juin

Et le calvaire de Louise n’est pas encore terminé. En juin elle participe à la course Dwars door het Westhoek.

Elle déraille et chute lourdement. Bilan : une fracture de l’épaule : "J’étais donc repartie pour trois ou quatre semaines, sans sport, avec une attelle, donc un nouvel arrêt dans ma saison. J’ai repris sur les championnats de Belgique, mais sans avoir de courses dans les jambes". 

Louise Jacquemin termine 54e de la course en ligne, dans le peloton à 12 secondes de Kim De Baat nouvelle championne de Belgique sur route.

© Tous droits réservés

3e du Critérium du Brabant Wallon, Louise règle le sprint du peloton

Dimanche dernier, Louise Jacquemin voulait briller sur ses routes d’entraînement, dans sa Province.

Elle fait la course en tête, elle prend les relais, mais n’arrive pas à suivre Kelly Druyts et Alana Castrique dans la finale.

La Waterlootoise lance le sprint pour la 3e place. Elle remporte le sprint du peloton et s’offre le premier podium de sa jeune carrière : J’ai hurlé jusqu’à perdre toute tout oxygène. J’ai passé la ligne, je me suis jetée par terre. J’ai jeté mon vélo. C’était un mix d’émotions. Ma famille était à dix mètres de moi, je les entendais crier. Il y a mon équipière Fiona Mertens qui criait en même temps. Bref, c’était incroyable. Je ne pourrais pas exprimer et expliquer toutes les émotions que j’ai ressenti à ce moment-là".

"Je rêve toujours de devenir pro, pas demain mais après-demain"

Louise a eu le sentiment d’enfin voir le bout du tunnel, de quoi la motiver pour la fin de la saison. Et puis continuer à la faire avancer, pour essayer d’atteindre son rêve : "Mon rêve ultime c’est d’être pro. Plus j’avance dans les courses, plus le rêve semble pouvoir se concrétiser. Maintenant, il ne faut pas brûler les étapes. Je sais que j’ai encore énormément à apprendre mais je sais aussi que ma marge de progression reste importante. Donc oui, je voudrais devenir pro un jour. Demain peut-être pas, mais après-demain sûrement."

Louise Jacquemin sera ce dimanche avec son équipe Bingoal Wallonie Bruxelles Ladies (équipe club avec un statut amateur)  au Grand Prix Beerens. La suite ce sera le Grisette GP de Wallonie le mercredi 14 septembre et deux jours plus tard sur le Trophée des Grimpeuses. 

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous