RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

La récolte d’escourgeon permet de nourrir le bétail

Un peu partout les moissonneuses-batteuses sont visibles dans les champs. Les agriculteurs procèdent à la récolte de l’escourgeon.

Les agriculteurs doivent suivre de près leurs cultures. Ce matin, à Nandrin, Raphaël De Nijs observe son champ d’escourgeon. La récolte aura-t-elle lieu aujourd’hui ? "Oui, répond l’exploitant, nous avons vu en Hesbaye les moissonneuses au travail. Il y a un décalage de deux jours entre le Hesbaye et le Condroz. Aujourd’hui, la terre est bien dorée. Je vois que le grain est croquant. L’entrepreneur est disponible et il fait chaud".

La rosée du matin

A midi, deux moissonneuses-batteuses entrent en action. Daniel Delvaux, entrepreneur agricole à Verlaine, doit tenir compte de la météo car la rosée du matin a fait son œuvre : "La rosée nous empêche de commencer trop tôt parce que le grain ne va pas s’ébarber correctement. L’escourgeon a de la barbe et pique. Si cette barbe n’est pas enlevée correctement, on perd en qualité et donc en rendement financier pour l’agriculteur".

Rendement et qualité

Le rendement, la qualité : deux préoccupations majeures pour l’agriculteur. Cette année, est-ce l’escourgeon ou le froment qui rapporta le plus d’argent au fermier ? Daniel Delvaux répond : "C’est impossible à dire. Je ne saurais pas prévoir le temps qu’il va faire dans les quinze jours à venir. Quand on se souvient de l’année dernière, nous avions une récolte prometteuse qui a été complètement gâchée par la météo. Donc aucun pronostic".

L’escourgeon est valorisé à la ferme

La récolte du champ moissonné sera valorisée dans la ferme laitière de Raphaël De Nijs située à Tihange. L’agriculteur sexagénaire poursuit : "L’escourgeon va revenir à la ferme via le négociant en grains à raison de 35% mélangé dans un aliment de qualité avec des protéines nobles. Je vais le réinjecter dans ma mélangeuse pour donner à mes vaches laitières. Ainsi, j’aurai un lait de qualité. Je suis sûr que ce sont mes céréales qui vont revenir dans mes aliments".

Le froment coupé dans 15 jours ?

Si la météo est favorable, dans une quinzaine de jours, ce sera le froment qui sera avalé par les moissonneuses-batteuses.

 

 

 

Daniel Delvaux, entrepreneur agricole à Verlaine.
Raphaël De Nijs, agriculteur à Tihange.

Articles recommandés pour vous