Economie

La position des personnes d'origine étrangère sur le marché du travail s'améliore légèrement

© Tous droits réservés

11 oct. 2022 à 12:33Temps de lecture2 min
Par RTBF Info avec Belga

La position des personnes d'origine étrangère sur le marché du travail s'est améliorée ces dernières années, selon le Monitoring socioéconomique du SPF Emploi et d'Unia, le service public indépendant de lutte contre la discrimination et de promotion de l'égalité des chances, dont la cinquième édition est publiée mardi.

Le taux d'emploi des personnes d'origine étrangère reste toutefois bien inférieur à celui des personnes d'origine belge, comparé notamment aux pays voisins.

Le marché belge du travail a évolué de manière favorable entre 2017 et 2019, avec un taux d'emploi qui est passé de 64,7% en 2016 à 67,1% en 2019. Selon le monitoring, il a augmenté pour toutes les origines, même si cela cache parfois des disparités. Car ce nouveau rapport pointe encore un "phénomène d'ethnostratification" du marché du travail et une discrimination structurelle.

Ainsi, à niveau de diplôme et domaine d'études identiques, les personnes d'origine étrangère trouvent plus difficilement un emploi. Même si l'écart de taux d'emploi par rapport aux Belges s'est réduit pour chaque niveau de diplôme depuis 2016, il reste très marqué dans le cas d'un diplôme de l'enseignement supérieur. Par ailleurs, 21,9% des diplômés de l'enseignement supérieur d'origine étrangère se retrouvent dans les catégories salariales inférieures, contre 8,2% pour les Belges.

La qualité du travail (salaires, mobilité entre les statuts, secteurs et types de contrats) s'est améliorée, mais les personnes issues de l'immigration restent surreprésentées dans des postes moins qualitatifs et moins durables, se retrouvant plus régulièrement au chômage ou travaillant souvent comme intérimaires ou ouvriers, décrit encore le rapport. Et il est encore plus compliqué pour ces personnes de trouver un travail lorsqu'elles possèdent au mieux un certificat de l'enseignement secondaire inférieur, ont plus de 55 ans, sont des femmes/mères ou sont récemment arrivées en Belgique.

Statut précaire

La pandémie de Covid-19 a par ailleurs confirmé leur statut précaire. Les personnes d'origine étrangère ont été moins nombreuses à pouvoir faire du télétravail - et donc plus exposées aux risques de contagion -, et étaient davantage employées dans des secteurs qui ont dû fermer leurs portes.

Le monitoring pointe aussi que les personnes d'origine belge sont plus de 72% à avoir obtenu leur diplôme de l'enseignement secondaire supérieur sans retard scolaire, contre moins de 40% pour les personnes d'une autre origine.

Enfin, en 2020, 21% des travailleurs détachés étaient d'origine non européenne, contre 8% en 2010.

"Les entreprises doivent elles aussi contribuer à plus d'égalité sur le marché de l'emploi en développant des politiques anti-discrimination appropriées pour chaque étape de la relation de travail et en surveillant la diversité de leur main d'œuvre", souligne le directeur d'Unia, Patrick Charlier.

"La mise en place d'une 'cellule diversité' permettra de livrer un focus précis sur l'état de la diversité au sein des secteurs, le tout renforcé par des statistiques les plus précises possibles", a de son côté assuré le ministre fédéral du Travail, Pierre-Yves Dermagne.

Sur la thématique de l'emploi : JT du 04/10/2022

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous