La Pologne interdit les "thérapies de conversion" des homosexuels

Les thérapies de conversion sont actuellement interdites à Malte et dans des régions autonomes espagnoles.

© SIMON MAINA - AFP

25 févr. 2019 à 16:27Temps de lecture1 min
Par Kimberly Texier

Ce 22 février, le parti libéral polonais Nowoczesna a déposé une proposition de loi au Parlement pour bannir "les thérapies de conversion". Il s’agit de "traitements" poussant les homosexuels à changer d’orientation sexuelle.

Après l’Allemagne et l’Irlande, c’est au tour de la Pologne de discuter d’une loi qui interdirait ce genre de pratique. Condamnées par l’Organisation des Nations unies (ONU), ces thérapies consistent à mettre fin à l’homosexualité. Une personne qui a subi cette expérience confie au magazine Slate qu'il s'agissait d'une véritable torture : injections de testostérone, électrochocs… 

Une interdiction mondiale ? 

Le 1er mars 2018, le Parlement européen a voté un texte non-contraignant qui encourage les pays membres à interdire les thérapies de conversion. A l’exception de Malte et deux régions autonomes espagnoles (Madrid et Valence), elles ne sont pas interdites dans les pays membres de l’UE. C'est aux États-Unis que ce type de "traitement" est le plus pratiqué.

Sur le même sujet