RTBFPasser au contenu

La Pologne empêche les volontaires médicaux d'accéder aux migrants à la frontière

La Pologne empêche les volontaires médicaux d'accéder aux migrants à la frontière
01 nov. 2021 à 06:59 - mise à jour 04 nov. 2021 à 10:341 min
Par Belga

La Pologne continue de refuser que des corps médicaux non-gouvernementaux prennent en charge des migrants aux frontières extérieures de l'UE, celles que la Pologne partage avec la Biélorussie

La chaîne polonaise TVN24 a rapporté dimanche l'échec d'une tentative de médiation  entreprise pas le plus haut dignitaire de l'influente Église catholique.


►►► "Ma région est un piège". Dans les forêts de Pologne, à la frontière biélorusse, la misère invisible des migrants


Wojciech Polak, archevêque de Gniezno et primat de Pologne a reçu une réponse négative à sa lettre adressée au ministre de l'Intérieur Mariusz Kaminski, a fait part l'ONG Médecins sans frontières (MSF) sur Twitter. 

Le ministre a fait savoir qu'il n'était pas intéressé pas un entretien avec l'organisation qui tente depuis des semaines d'accéder aux personnes bloquées à la frontière entre le Bélarus et la Pologne. 

Les gardes-frontières refusent de coopérer, selon MSF

"Nous savons que des douzaines de personnes ont besoin d'une aide médicale d'urgence. Nous sommes au courant de plusieurs décès et nous savons qu'il y aura encore plus de victimes si l'aide médicale continue à être bloquée", avait fait savoir auparavant l'ONG. 

MSF affirme encore que les gardes-frontières refusent aussi de coopérer avec des volontaires. 

Des milliers de migrants, pour la plupart originaires du Moyen-Orient, ont traversé ou tenté de traverser la frontière à partir de la Biélorussie depuis l'été.

L'Union européenne accuse le président du Bélarus Alexandre Loukachenko de faire venir des ressortissants de pays du Moyen-Orient et d'Afrique à Minsk puis de leur faire passer les frontières de la Lituanie, de la Lettonie et de la Pologne en représailles aux sanctions économiques infligées par l'UE à son régime.

En réponse, la Pologne a imposé l'état d'urgence dans la zone frontalière, y a dépêché des milliers de soldats et légalisé la pratique controversée du refoulement direct.

 

Articles recommandés pour vous