RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

La pétition contre les élus d'Islam a déjà recueilli 24 000 signatures

Le parti Islam a obtenu deux élus: un premier à Anderlecht et un autre à Molenbeek.
05 nov. 2012 à 06:24Temps de lecture1 min
Par OPPENS Xavier Van

L'échevin ucclois du MR Boris Dilliès s'est exprimé sur le réseau social Twitter le 29 octobre dernier. Il se déclare en faveur de l'interdiction de candidats qui prônent la charia et un état islamique. Les propos des deux conseillers communaux du parti Islam dans les médias n'ont donc pas tardé à faire réagir.

Pour Corinne Torrekens, politologue et spécialiste de l'islam à l'ULB, une interdiction du parti Islam serait contreproductive. "Ce serait complètement absurde de les interdire. Ils ont été élus de manirèe démocratique, il faut respecter ce choix. Je pense d’ailleurs que c’est mieux qu’ils exercent un mandat, qu’ils aient des comptes à rendre sur ce qu’ils vont faire, sur ce qu’ils ont pu faire avancer ou non."

Les signataires de la pétition se recrutent très minoritairement parmi les habitants de Bruxelles, pourtant concernés au premier chef. C'est en région bruxelloise, en effet, qu'Islam a obtenu ses deux seuls élus. Interdire un parti politique est une décision extrêmement grave et quasiment impraticable. La polémique autour de ce micro-parti pourrait par contre déboucher sur l'instauration, à l'échelon communal, d'un seuil de représentativité, comme il en existe déjà pour les élections régionales. Il faut en effet obtenir au moins 5% des suffrages pour décrocher un siège de député.

Philippe Carlot  

Sur le même sujet

Parti "Islam": les Musulmans progressistes veulent un cordon sanitaire

Regions

La pétition contre les élus d'Islam émane de militants d'extrême-droite

Regions

Articles recommandés pour vous