RTBFPasser au contenu

On n'est pas des pigeons

La petite puce de vos cartouches nous révèle ses secrets

Canon veut s'auto-hacker!

On n'est pas des pigeons

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’impression, c’est la reine de l’obsolescence. Aucun autre domaine de la consommation ne peut rivaliser avec le monde de l’impression.  La responsable de cette monstrueuse pollution, c’est une petite puce électronique. 

Et l’un des objectifs inavoués de ces puces, c'est contrer les compatibles, ces cartouches alternatives vendues beaucoup moins chères et qui fonctionnent pratiquement aussi bien.

Des cartouches à moitié vides et cartouches pleines mises au rebut

Dans cette boutique de cartouches d’imprimante basée à Namur, on parle de gaspillage monstre. Il suffit de mettre le nez dans son bac pour cartouches usagées pour s’en rendre compte. Au milieu des cartouches à moitié vides, on trouve plusieurs cartouches pleines, encore emballées pour certaines. "Tout ça, c’est plein ?" demandons-nous à Thibaud Skinkel, le gérant. "Là, il y a presque un jeu complet, regardez !" nous montre-t-il.

Ça, c’est une cartouche qu’un client a jetée, qui est neuve parce que tout simplement le client a changé d’imprimante.

Date de péremption dépassée ou encore… Incompatibilité, manque de standardisation… Les causes qui poussent des cartouches au rebut avant même leur véritable fin de vie sont nombreuses. Thibaud Skinkel nous montre encore une autre cartouche toujours dans son emballage: "Ça, c’est une cartouche qu’un client a jetée, qui est neuve parce que tout simplement le client a changé d’imprimante."

Une petite puce aux grands pouvoirs

Cartouches d’imprimantes au rebut
Cartouches d’imprimantes au rebut Getty Images

L’impression, donc, c’est la reine de l’obsolescence. Jonas Moerman, spécialiste de l’obsolescence chez Ecoconso, nous en parle. "En France, Halte à l’Obsolescence Programmée, c’est une association qui a mené une enquête et donc, leur conclusion, c’est que dans des cartouches, il pouvait rester jusqu’à vingt à quarante pour cent d’encre, donc, ce n’est vraiment pas un petit résidu." La responsable de cette monstrueuse pollution, c’est une petite puce électronique. 

Voilà, j’ai autant de copies à faire et une fois que le nombre de copies est atteint, et bien, la cartouche n’est plus utilisable.

"Alors ça, c’est la petite puce qui est là, tout simplement, qui est reliée à la tête d’impression et donc qui envoie les informations à l’imprimante en disant, ben voilà, j’ai autant de copies à faire et une fois que le nombre de copies est atteint, et bien, la cartouche n’est plus utilisable."

Et pourtant, explique Thibaut Skinkel: "Alors que quand vous la prenez, dans nonante pour cent des cas, la cartouche en fait est encore pleine. Il reste encore de l’encre dedans."

Ces puces-là empêchent en fait tout ce qui est équivalent, compatible, ... de pouvoir fonctionner dans les machines.

L’un des objectifs inavoués de ces puces : contrer les compatibles, ces cartouches alternatives vendues beaucoup moins chères et qui fonctionnent pratiquement aussi bien. "Ces puces-là empêchent en fait tout ce qui est équivalent, compatible, on appelle ça comme on veut, de pouvoir fonctionner dans les machines. Evidemment, il y a des points d’interrogation, des croix rouges qui apparaissent en vous disant "Attention, vous avez utilisé une cartouche contrefaite !" ou non de la marque, en ne citant pas de marque." poursuit Thibaut Skinkel.

Une pénurie actuelle de puces révélatrice d'une stratégie commerciale

Cartouches d’imprimantes avec leurs puces
Cartouches d’imprimantes avec leurs puces Cstar55 (Getty Images)

Problème aujourd’hui, la marque Canon fait face à des problèmes de pénurie pour certaines imprimantes. Le responsable communication de cette marque pour le Benelux, Filip Vandenbempt nous en parle : "C’est le type de machines que vous voyez derrière moi (ndlr : des imprimantes professionnelles pour entreprises) et la bouteille de toner, voilà, donc, c’est vraiment une grosse bouteille et le "chip", je ne sais pas si la caméra va pouvoir la filmer, mais c’est évidemment une toute petite puce." Canon doit donc fournir des cartouches sans puce. La marque publie aussi un tutoriel pour expliquer à ses utilisateurs comment outrepasser les messages d’erreur.

Les machines fonctionnent avec puce et sans puce.

"Les machines fonctionnent avec puce et sans puce. La seule différence, on va dire, avec une bouteille avec puce et sans, c’est que justement, le client va recevoir un message sur l’appareil, qui dit que ce n’est pas une cartouche, ou ce n’est peut-être pas une cartouche originale.

On peut faire sans ça et en fait, ça n’a pas une fonction vitale pour le fonctionnement de l’appareil.

Cette pénurie de puce révèle finalement une chose au grand public. Ces petits composants électroniques ne sont pas indispensables, alors que, trop souvent, ils poussent aussi à la surconsommation"On peut faire sans ça et en fait, ça n’a pas une fonction vitale pour le fonctionnement de l’appareil." confirme Jonas Moerman, spécialiste de l’obsolescence chez Ecoconso. 

On arrive au fait que, réellement, la puce, est une stratégie commerciale purement et simplement, puisqu’à l’époque,on fonctionnait sans puce, mais évidemment, ça rapportait moins.

"On arrive au fait que, réellement, la puce, est une stratégie commerciale purement et simplement, puisqu’à l’époque,on fonctionnait sans puce, mais évidemment, ça rapportait moins." suppose Thibaud Skinkel, gérant d’un magasin de cartouches compatibles.

Retrouvez "On n’est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Sur le même sujet

10 janv. 2018 à 15:04
2 min

Articles recommandés pour vous