RTBFPasser au contenu

Bien-être

La passion du running peut-elle s'acquérir in utero ?

La passion du running peut-elle s'acquérir in utero ?
07 avr. 2016 à 10:302 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

À l'occasion d'une étude parue dans The FASEB Journalune équipe de chercheurs du Baylor College of Medicine de Houston (Texas) a découvert qui les souris femelles qui faisaient volontairement de l'exercice pendant la grossesse avaient des petits plus enclins à se dépenser à l'âge adulte.

Pour mener leurs recherches les scientifiques ont sélectionné des souris femelles qui aimaient courir et les ont divisé en deux groupes, et n'ont donné accès à des roues dans leur cage qu'au premier groupe pendant leur grossesse.

Même si la fréquence d'utilisation de cette roue baissait au fur et à mesure que la grossesse progressait, les souris couraient ou marchaient cependant environ 3km par nuit, même au début de leur troisième trimestre de grossesse.

Après la naissance des petits, les scientifiques ont trouvé que les souriceaux provenant des mères qui avaient eu accès à une roue étaient deux fois plus actifs physiquement que les autres souris. De plus, les niveaux d'activité avaient tendance à continuer à progresser à l'âge adulte.

Comme les deux groupes de souris aimaient courir, mais qu'un seul put s'adonner à sa passion pendant sa grossesse, les résultats ont montré que l'exercice influait sur le développement cérébral des fœtus. À ce sujet, le Dr. Robert A. Waterland, auteur de l'étude, a commenté : "Bien que la plupart des personnes supposent que la tendance à l'activité physique est déterminée par la génétique, nos résultats montrent clairement que l'environnement peut jouer un rôle important pendant le développement fœtal."

Même si cette étude a été menée sur des rongeurs et non des humains, le Dr. Waterland a tenu à souligner que "plusieurs études menées sur l'homme ont rapporté des résultats concordants avec les nôtres". De nombreuses études observatoires ont aussi montré que les femmes enceintes plus actives ont tendance à avoir des enfants plus actifs par la suite. 

"Je pense que nos résultats transmettent un message très positif", ajoute le professeur. "Si les femmes enceintes savent que l'exercice est non seulement bon pour elles mais qu'il peut offrir des bienfaits tout au long de la vie de leurs enfants, je pense que cela les motivera encore plus à bouger".

On notera que l'American College of Obstetricians and Gynecologists recommande 30 minutes d'exercice modéré aux femmes enceintes, mais encore faut-il être sure qu'aucune complication en lien avec la grossesse n'ait été repéré. Les sports violents ou présentant des risques de chute (boxe, équitation, ski...) sont cependant déconseillés lorsqu'on attend un enfant.

Articles recommandés pour vous