RTBFPasser au contenu

Bertrand Henne

La NVa, ce parti du système…

La NVa, ce parti du système…
21 févr. 2017 à 09:13 - mise à jour 22 févr. 2017 à 08:102 min
Par Bertrand Henne

Première chose à dire, c’est que Bart De Wever est plutôt bon tacticien. Siegfried Bracke a fauté en s’embourbant tout seul dans ce dossier Telenet, il ne sera plus tête de liste à Gand mais il est sauvé comme président de la Chambre.

Par contre, c’est Elke Sleurs qui démissionne, alors qu’elle n’est pas, à ce qu’on sache, compromise sur le plan Ethique. Bart de Wever en profite pour corriger une erreur de casting, et va faire monter, sans doute, une personnalité qui va lui rapporter aux prochaines élections locales. Au Stratégo, il vaut mieux sacrifier un éclaireur qu’un général…

Bart De Wever veut démontrer qu’il agit, qu’il ne reste pas sans rien faire face aux scandales. Il montre qui est le patron. Ce n’est pas la première fois, souvenez-vous d'Hendrik Vuye évincé parce qu’il ne tenait pas la ligne du parti.
Ici ce qui est reproché à Elke Sleurs c’est simple, c’est d’être inefficace et inutile. Ce qui est reproché à Siegfried Bracke s’est de s’être mal défendu.

Au fond Bart de Wever ne lui reproche pas d’être conseiller Telenet. Il lui reproche de s’être mis dans la situation impossible de l’arroseur arrosé, et surtout de s’être très mal défendu. Il lui a fallu plusieurs jours pour dire qu’il n’avait jamais rien touché de Telenet, qu’il donnait des conseils gratuitement. En attendant le mal était fait avec un sondage qui a scellé son sort à Gand, 2.1% d’intention de vote pour lui, 86% d’électeurs méfiants.

Bart De Wever n'arrivera pas facilement à éteindre l'incendie. En fait Siegfried Bracke est devenu malgré lui la figure de proue d’un système largement compromis. Son visage s’affiche en une avec les Leterme, Dewael, Vanvelthoven qui ont touché le pactole chez Telenet. Or, la lutte contre ce système, contre l'establishment c’était le fonds de commerce de la NVa. Qui se retrouve aujourd’hui dans le caniveau avec les partis qu’elle dénonçait jadis.

On retiendra de tout ça que Siegfried Bracke admet lui-même qu’il a perdu la crédibilité pour incarner l’opposition à Gand. Mais visiblement il estime être toujours crédible pour être le premier de tous les citoyens, président du parlement. Enfin premier de tous les citoyens c’est vite dit. Signalons que cette affaire qui touche deux fois le fédéral est considérée comme purement flamande. La conférence de presse, hier, avec les présidents de la chambre et le secrétaire d’État, s’est faite au parlement flamand, sans invitation aux journalistes francophones. Tout un symbole.

Articles recommandés pour vous