Espace

La NASA nomme un groupe de 16 personnes chargé d’enquêter sur les ovnis

© Getty Images

28 oct. 2022 à 07:55Temps de lecture2 min
Par Chloé Rosier

La NASA a désigné les 16 personnes qui feront partie du groupe d’analyse des ovnis afin d’aider le Pentagone à comprendre ces phénomènes qui passionnent.

En juin dernier, la NASA avait annoncé qu’elle créerait un groupe d’experts pour étudier les "phénomènes aériens non identifiés" (UAP), connu plus globalement sous le nom d’ovnis. Comme l’agence spatiale l’annonce dans un communiqué, ce sera donc un groupe de 16 personnes qui se concentrera sur "les observations non classifiées et d’autres données collectées auprès du gouvernement civil et des secteurs commerciaux".

Le panel est présidé par David Spergel, ancien responsable de l’astrophysique à l’Université de Princeton. Parmi les autres membres on trouve :

  • Anamaria Berea, chercheuse affiliée au SETI (Search for Intelligence Life) Institute de Mountainview, en Californie ;
  • Scott Kelly, astronaute à la retraite de la NASA et pilote d’essai ;
  • Federica Bianco, professeure associée à l’Université du Delaware au Département de physique et d’astrophysique ;
  • Paula Bontempi, océanographe biologique ;
  • Reggie Brothers, partenaire opérationnel d’AE Industrial Partners à Boca Raton, en Floride ;
  • Jen Buss, PDG du Potomac Institute of Policy Studies à Arlington, en Virginie ;
  • Nadia Drake, journaliste scientifique indépendante et rédactrice pour National Geographic ;
  • Mike Gold, vice-président exécutif de l’espace civil et des affaires extérieures chez Redwire à Jacksonville, en Floride ;
  • David Grinspoon, scientifique principal au Planetary Science Institute de Tuscon, en Arizona, et conseiller de la NASA sur l’exploration spatiale ;
  • Matt Mountain, président de l’Association des universités pour la recherche et l’astronomie, connue sous le nom d’AURA ;
  • Warren Randolph, directeur exécutif adjoint du département d’enquête et de prévention des accidents de la Federal Aviation Administration pour la sécurité aérienne ;
  • Walter Scott, vice-président exécutif et directeur de la technologie de Maxar à Westminster, Colorado, une société de technologie spatiale spécialisée dans l’intelligence terrestre et les infrastructures spatiales ;
  • Joshua Semeter, professeur de génie électrique et informatique ainsi que directeur du Center for Space Physics de l’Université de Boston ;
  • Karlin Toner, directrice exécutive par intérim du Bureau de la politique et des plans de l’aviation de la FAA ;
  • Shelley Wright, professeure agrégée de physique au Centre d’astrophysique et d’études spatiales de l’Université de Californie à San Diego.

Ce groupe travaillera indépendamment du groupe de travail du Pentagone enquêtant sur les PAN signalés par des pilotes militaires. Certains médias ont mis en évidence l’absence d’experts en effets spéciaux qui pourraient expliquer certains phénomènes visuels étonnants.

"Comprendre les données dont nous disposons sur les phénomènes aériens non identifiés est essentiel pour nous aider à tirer des conclusions scientifiques sur ce qui se passe dans notre ciel", a déclaré Thomas Zurbuchen, administrateur associé de la NASA. "Les données sont le langage des scientifiques et rendent l’inexplicable explicable."

Emmanuel Jehin, astrophysicien à l'Université de Liège, a apporté son analyse sur cette nouvelle dans Déclic sur La Première.

Le Déclic Sciences d'Emmanuel Jehin

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous