RTBFPasser au contenu

Societe

La N-VA envahira les réseaux sociaux la veille des élections

"Choisissez-vosu le modèle N-VA ou le modèle PS"
18 avr. 2014 à 14:052 min
Par Grégoire Ryckmans

C'est présenté comme un coup de tonnerre: à 9 heures précises, le samedi 24 mai sur tous les réseaux sociaux, voici le message que diffusera largement la N-VA : "Choisissez-vous le modèle N-VA ou le modèle PS ?", et cela grâce à un site: Thunderclap, qui signifie "coup de tonnerre". Le concept ? Vous invitez vos sympathisants à s'inscrire sur le site et à un moment précis, un message sera diffusé massivement à vous et à vos contacts, l'effet est ainsi décuplé.

A la veille de l'élection, cette opération de communication de masse pose plusieurs questions. Un post sur Facebook ne coute rien mais est-ce toutefois une dépense électorale ? "Il est clair que le fait d’organiser quelque chose de planifié et de massif va coûter quelque chose. Il y a peut-être un support qui sera offert par la N-VA, des gens qui vont ‘monitorer’ tout cela, le côté planifié crée un coût, limité c’est vrai, mais un coût tout de même", explique Etienne Wéry, avocat spécialisé dans les médias.

"On flirte avec la limite"

Quelques heures avant le scrutin, la campagne est normalement neutralisée et la distribution de tracts ou d'affiches est interdite tout comme la diffusion de messages politiques. Maitre Wéry rappelle les conditions qui encadrent cette interdiction : "La limite c’est qu’on va tolérer les comportements isolés, passifs. Ici, on est dans un comportement actif et massif, ça pose un toute autre problème et je pense que, dans l’esprit au moins, le principe de neutralité est violé".

Le site Thunderclap a permis des opérations de masses pour des causes humanitaires comme celle de L'ONU appelée "I was here" et organisée en aout 2012. Cette campagne aura touché au total plus d'un milliard de personnes et la N-VA est le premier parti politique belge a utilisé cet outil. "On flirte ici avec la limite, c’est un peu l’ADN de la N-VA d’ailleurs de faire cela, mais la sanction sera essentiellement financière. Donc le contrôle des comptes va dire ‘voilà, ce n’est pas admissible’ et les sanctions vont s’appliquer" anticipe le juriste. "Mais ce ne sera ce pas admissible pour quoi ? 500 euros ? 1000 euros ? Ce n’est pas ça qui va changer le résultat des élections".

Les nationalistes multiplient les coups de "com" dans cette campagne et la N-VA a probablement trouvé une nouvelle faille dans la loi électorale.

Thomas Gadisseux avec Grégoire Ryckmans

Comment la N-VA contourne la loi électorale

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

23 avr. 2014 à 07:42
1 min

Articles recommandés pour vous