RTBFPasser au contenu

Polémique en Flandre: la ministre de la mobilité effectue le trajet Bruxelles-Anvers en avion, un "saut de pupuceke"

Lydia Peeters a réalisé un vol Bruxelles-Anvers, un saut de puce critiqué par les ONG de défense de l'environnement.
11 juin 2020 à 09:45 - mise à jour 11 juin 2020 à 13:102 min
Par Belga

La ministre flamande de la Mobilité, la libérale Lydia Peeters, est dans le collimateur des organisations de défense de l’environnement pour un vol qu’elle a effectué ce mardi de Bruxelles à Anvers pour assister au redémarrage des aéroports régionaux flamands, soutenu financièrement par le gouvernement flamand.

Peeters a profité à cette occasion d’un vol de presse organisé par l’entrepreneur aéronautique flamand Philippe Bodson, patron de l’entreprise ASL Group. La compagnie, qui possède des petits jets d’affaires, offre depuis le déconfinement la possibilité aux particuliers de prendre part à des vols privés collectifs entre Bruxelles et Ibiza.

C’est un très mauvais signal

Outrée par ce saut de puce aérien réalisé par la ministre, l’organisation Greenpeace se demande si celle-ci est au courant du réchauffement climatique en cours. Le Bond Beter Leefmilieu et le WWF ont aussi critiqué son action. "C’est un très mauvais signal, a réagi pour sa part le député flamand Imade Annouri (Groen). Dans plusieurs pays voisins, les vols courts sont supprimés et des investissements sont plutôt effectués dans les liaisons ferroviaires. Je préférerais voir le ministre de la Mobilité à l'avant-garde plutôt que d'appuyer une compagnie aérienne. Les hommes d'affaires peuvent parfaitement voyager vers les destinations européennes en train, tant que des investissements sont réalisés dans les liaisons à grande vitesse".


►►► À lire aussi La justice confirme: les vols "sauts de puce" sont interdits


"J’ai accepté cette proposition de participer à un vol de presse car les vols d’affaires constituent un pilier essentiel de l’activité de nos aéroports régionaux", se défend Lydia Peeters. "Je voulais de la sorte attirer l’attention des médias sur le redémarrage de ces aéroports".

Selon elle, ASL est par ailleurs un exemple à suivre par ce secteur puisque la compagnie compense ses émissions de CO2, a-t-elle encore fait valoir.

Ce qui n'a pas empêché les tweets ironiques de fleurir, notamment chez la porte-parole de Greenpeace Juliette Boulet: "Hallucinant! Saut de puce on appelle ça. Je dirais même de pupuceke. Pour rappel: Bruxelles-Amsterdam (j'ai pas Anvers) en avion = 20kg émission de CO2 par voyageur pour 1, 82Kg en train"

Loading...
Loading...
Loading...
Loading...