RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

La ministre fédérale de l’Energie acte la prolongation de 2 réacteurs nucléaires dans une note au gouvernement

16 mars 2022 à 20:50Temps de lecture3 min
Par Thomas Gadisseux

En conseil des ministres restreint ce mercredi, la ministre fédérale de l’Energie, Tinne Van der Straeten, a déposé une note politique importante, en vue d’un accord sur un plan de transition énergétique en Belgique. Dans ce texte, on peut notamment lire ceci : "Le projet de loi relatif à la prolongation de la centrale de Doel 4 et/ou de Tihange 3 jusqu’au 31 décembre 2035 au plus tard sera approuvé en première lecture lors du Conseil des ministres de fin mars." La ministre écologiste franchit donc une étape en actant la prolongation de vieux réacteurs nucléaires en Belgique. Elle propose aussi au gouvernement un vaste plan de 8 milliards d’euros pour accélérer la transition, en diminuant notre dépendance aux énergies fossiles et accélérer le renouvelable. Une manière pour les Verts de digérer la pilule nucléaire.

D’ici la fin de la semaine, les 7 partis de la coalition Vivaldi se sont fixés le défi d’aboutir (enfin) à un accord sur la transition énergétique en Belgique. La ministre, au cœur de ce dossier, propose 3 axes dans sa note politique :

  1. Des mesures de soutien pour réduire la facture énergétique des ménages. Baisse temporaire de la TVA sur le gaz et l’électricité, prolongation du tarif social et chèque mazout, tout cela a déjà été présenté en conférence de presse ce mardi.
  2. Un grand plan de mesures pour doper nos énergies renouvelables et réduire notre consommation "fossile".
  3. "Un regard ouvert sur le calendrier de la sortie du nucléaire", selon les termes de la note.

Doel 4 et Tihange 3 prolongés

C’est le 3e point de ce texte qui fait l’objet d’interminables polémiques au sein du gouvernement fédéral. Jusqu’il y a peu, une majorité de partis plaidaient pour une fermeture totale des 7 réacteurs belges en 2025. Or, la guerre en Ukraine change la donne. "Cette guerre, explique la ministre, montre à quel point notre pays est dépendant des importations d’énergie primaire […] Cette dépendance montre la vulnérabilité de notre pays." La sécurité d’approvisionnement doit être réévaluée dans ce climat géopolitique. Tinne Van der Straeten s’engage à démarrer une discussion avec Engie. "Nous examinons si et dans quelles conditions la capacité nucléaire de 2 GW, plus précisément Doel 4 et/ou Tihange 3, pourrait être prolongée pour une période de 10 ans." Dans son texte, la ministre précise que, parallèlement, elle activera bien le mécanisme de soutien au gaz (CRM). Le plan A (les centrales au gaz), tout comme le plan B (prolongation du nucléaire) seraient donc simultanément évalués.
Est-ce pour autant la fin de la saga ? La prolongation de deux réacteurs sera-t-elle suffisante aux yeux des libéraux ? C’est en tout cas la première fois que la ministre Tinne Van der Straeten franchit ce pas dans une note adressée au gouvernement. Réponse, peut être, ce vendredi… dans la nuit.

Réduire notre dépendance

L’autre axe majeur du plan Van der Straeten, c’est un coup d’accélérateur dans la transition pour "réduire de 4% par an la dépendance de la Belgique à l’égard des combustibles fossiles". La ministre Groen y détaille toute une série de mesures. Cela va de la réduction des tarifs dans les transports en commun, à la réduction de TVA pour les panneaux solaires, les pompes à chaleur et les chaudières solaires pour les maisons de moins de 10 ans. Selon la ministre, tous les bâtiments publics fédéraux devraient être équipés de panneaux solaires d’ici 2 ans.

L’ambition de la ministre est aussi de miser sur l’éolien (trouver des nouvelles capacités en mer du Nord) et l’hydrogène (renforcer la dorsale à partir des ports belges, tout en développant une industrie dans notre pays).

La note précise les budgets alloués aux différentes mesures proposées (répartis sur 2022, 2023 et 2024) :

  • Investissements dans les chemins de fer : 1,2 milliard d’euros ;
  • Écologisation des transports : 187 millions d’euros ;
  • Accélération du déploiement des énergies renouvelables et des économies d’énergie : 1,04 milliard d’euros ;
  • Écologisation des actifs publics (SNCB, Défense, le gouvernement) : 1,3 milliard d’euros ;
  • Production propre d’énergie renouvelable par le gouvernement : 2,1 milliards d’euros ;
  • Développement de la chaîne d’importation d’hydrogène renouvelable : 2,2 milliards d’euros ;

Ce catalogue de propositions n’est qu’une proposition au gouvernement. Il sera plus que probablement modifié et amendé par les autres partis de la coalition. Certains autour de la table du gouvernement fédérale attendent aussi et surtout… le plan des autres régions du pays.

Sur le même sujet

Nucléaire en Belgique : consensus, innovation ou black-out ?

Belgique

Nucléaire : les Verts ratent la sortie

Belgique

Articles recommandés pour vous