Belgique

La Meuse en chômage : sauvetage des poissons, et nettoyage !

27 sept. 2022 à 07:32 - mise à jour 27 sept. 2022 à 07:33Temps de lecture2 min
Par Baudouin Remy et Julien Malpas

Tous les 5 ans, la Meuse est mise en chômage. Concrètement, il s’agit de remettre la Meuse à son état naturel, et donc au niveau normal qu’aurait le fleuve dans son lit, si les nombreux barrages n’existaient pas pour la maintenir navigable. Lors de chaque chômage, les équipes du SPW relâchent de l’eau aux différents barrages et écluses en amont (un peu chaque jour, de manière progressive, pour éviter débordements et inondations en aval). Ainsi, le fleuve est mis au chômage, et n’est plus navigable depuis la frontière française, jusqu’au barrage et l’écluse de la Plante, en amont du confluent de la Sambre et de la Meuse.

Cette baisse du niveau permettra pendant 3 semaines (jusqu’au 17 octobre à 6h du matin) de nettoyer les berges, entretenir les écluses, les pilastres de ponts et donc les ouvrages d’art, mais aussi de nettoyer le lit du fleuve. Le niveau le plus bas a été atteint ce 26 septembre en fin de journée et sera laissé à ce niveau pour permettre aux équipes d’intervenir pour l’entretien.

Dès le début de cette période de chômage (le samedi 24 septembre), et jusqu’au rétablissement du niveau normal (17 octobre), la pêche est également interdite. Avec contrôles et sanctions à l’appui.

Il faut sauver les poissons

Une fois au chômage, la Meuse se présente comme un petit cours d’eau principal avec des grandes flaques autour. Et c’est là tout le problème pour les poissons, qui se retrouvent parfois pris au piège. Aujourd’hui, une opération sauvetage a donc débuté pour ces poissons.

Depuis ce matin, les équipes du "Service de la Pêche" de la Région Wallonne (avec l’aide de pêcheurs de la maison wallonne de la pêche et de ses membres bénévoles) sont littéralement à pied d’œuvre dans le lit de la Meuse, épuisettes à la main, pour capturer les poissons "coincés" dans les différents trous d’eau ; soit autant de poches d’eau dont les poissons ne peuvent s’échapper. La mission du jour (et de ceux qui suivent) est de capturer les poissons, avant de les relâcher plus loin, là où le niveau d’eau est suffisant. Cette phase de sauvetage se fait en deux étapes, l’une avec les épuisettes, puis dès demain, avec des grands filets dans les zones d’eau les plus larges où les poissons sont tout de même prisonniers.

Lors de la première phase de sauvetage des poissons, les équipes travaillent à l'aide d'épuisettes un peu particulières.
Lors de la première phase de sauvetage des poissons, les équipes travaillent à l'aide d'épuisettes un peu particulières. J.M.

Des épuisettes spéciales

Les épuisettes utilisées sont électriques. Une caractéristique qui possède une double utilité. L’activation de l’électricité va tout d’abord attirer le poisson à se réfugier dans le filet. Ensuite, pour éviter que les poissons ne gigotent dans les épuisettes, s’épuisent ou soient trop stressés, le léger choc électrique étourdit le poisson, juste le temps nécessaire, un peu comme une anesthésie temporaire.

Après l’épuisette, les poissons sont mis dans des seaux d’eau et portés un peu plus loin pour être reversés sains et saufs dans une Meuse à niveau d’eau réduit, mais en cours d’eau continu.

Les équipes retrouvent des poissons de toutes tailles et de toutes sortes. Des petits poissons, aux grands silures, en passant par des anguilles.
Les équipes retrouvent des poissons de toutes tailles et de toutes sortes. Des petits poissons, aux grands silures, en passant par des anguilles. J.M.

Travaux d’entretien et de nettoyage

Une fois les poissons sauvés, le chantier d’entretien et de nettoyage est l’objectif de cette mise au chômage. 2 journées "Opération Meuse Propre" sont organisées et le public (l’appel est lancé au sens large) est alors invité à se mobiliser pour nettoyer le lit de la Meuse. Ce sera le samedi 1er octobre à Dave, Anseremme et Hastière, et le 8 octobre à Yvoir et Godinne.

Bewapp – une asbl pour une Wallonie plus propre — invite les citoyens à " participer au nettoyage des déchets dans les parties asséchées du lit du fleuve en chômage ". L’ASBL fournira d’ailleurs tout le matériel nécessaire pour cette opération. Mais pensez tout de même à prendre vos bottes.

Sur le même sujet

Vidange du lac de Bambois : des milliers de poissons transférés vers un étang

Regions

Un spéléologue belge évacué d’une grotte après plus de 24 heures de sauvetage en France

Monde Europe

Articles recommandés pour vous