RTBFPasser au contenu

Regions Hainaut

La Maison de Transition est fermée à Enghien : retour à la case prison pour ses derniers participants

Les chambres sont vides depuis le début du mois à la Maison de Transition d’Enghien.
25 janv. 2022 à 06:561 min
Par Pierre Wuidart

Deux ans après son lancement, la Maison de Transition d’Enghien est fermée. Ce projet pilote d’alternative à la prison était un lieu d’accueil pour une quinzaine de participants en fin de peine. Il en existe une autre à Malines. En ce qui concerne le site enghiennois, le groupe privé G4S qui le gérait n’a pas souhaité prolonger en 2022. Et l’administration pénitentiaire n’a pas encore trouvé de remplaçant. Depuis ce premier janvier, la maison est close. Et le Conseil central de surveillance des prisons le déplore.

"C’est dommage que cette Maison ne soit pas restée en service jusqu’à l’arrivée du nouvel opérateur. Car certains détenus qui y préparaient leur réinsertion ont dû retourner dans leur prison-mère, à Leuze-en-Hainaut, alors qu'ils sont en toute fin de peine", explique Marc Nève, président du bureau du CCSP. Pour reprendre la gestion du site, l’ASBL CERAIC, active dans l’accueil des personnes étrangères a déposé sa candidature. L’administration pénitentiaire l’examine actuellement. Mais aucune date de réouverture n’a encore été fixée.

Le Conseil central de surveillance des prisons vient de publier un rapport sur les Maisons de Transition. Le bilan est positif, peut-on y lire, mais la privatisation de ces structures limiterait leur efficacité. "Ces lieux pourraient être très utiles pour les prisonniers les plus fragiles, usés par la prison. Mais les directeurs sont plutôt tentés d’y accueillir des bons élèves, des prisonniers sans problème, afin d’obtenir un meilleur taux de réinsertion".

Articles recommandés pour vous