RTBFPasser au contenu

Belgique

"La lutte contre l'antisémitisme est un échec", affirme Charles Michel

"La lutte contre l'antisémitisme est un échec", affirme Charles Michel
26 janv. 2015 à 18:19 - mise à jour 26 janv. 2015 à 19:252 min
Par Belga News

Sous haute sécurité policière et militaire, la communauté juive rejointe par les autorités politiques et religieuses du pays rendent hommage aux victimes de l'Holocauste lundi soir à la grande synagogue.

"Cette manifestation s'adresse aux vivants", a rappelé Philippe Markiewicz, (photo) président de la communauté israélite de Bruxelles, en ouverture.

"La shoah n'a pas d'équivalent dans l'histoire. C'est un crime industriel, planifié, méthodique, contre l'essence même de l'homme, qui entendait dénier à une part de l'humanité le droit d'en faire partie. C'était il y a 70 ans, c'était hier", a déclaré le Premier ministre. "Je souhaite ici réaffirmer la condamnation de ce crime à jamais impardonnable." "Je suis également là pour dire la solidarité du gouvernement à votre communauté à nouveau frappée par la haine antisémite (...) Lors des attentats de Charlie Hebdo et de l'hyper casher, des personnes sont mortes parce qu'elles étaient journalistes, policières ou juives." Charles Michel a également rappelé la "spirale dramatique de l'antisémitisme en Belgique", citant la tuerie du musée juif de Bruxelles en mai 2014 et le cas d'une élève de l'athénée Emile Bockstael à Laeken contrainte de quitter l'établissement en raison de menaces antisémites. "Une enquête menée auprès de 5.800 personnes dans l'Union européenne signale que 78% des Européens pensent que l'antisémitisme s'est aggravé ces cinq dernières années. En Belgique, 40% des juifs envisagent même de quitter le pays. La lutte contre l'antisémitisme est un échec", a-t-il lancé. "Je refuse que vous vous sentiez contraints de faire ce choix. Aucun Belge ne doit se voir contraint à quitter le pays. La Belgique sans les juifs ne serait plus la Belgique. L'Europe sans les juifs ne serait plus l'Europe", a-t-il ajouté. "Dans l'immédiat, nous avons renforcé le niveau d'alerte", a rappelé Charles Michel.

"Mais nous devons nous attaquer plus durement à l'antisémitisme, qui devient une cause nationale. Toutes les plaintes doivent être actées et faire l'objet de poursuites", a ajouté le Premier ministre. "Quand un acte antisémite est commis en Belgique, c'est la société belge toute entière qui est agressée." "Nous sommes debout et nous nous sentons tous juifs", a conclu Charles Michel.

 

Le roi et la reine, le Premier ministre et une délégation de la communauté juive se rendront mardi à Auschwitz.


Belga

Articles recommandés pour vous