RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Lettonie déclare l'état d'urgence à sa frontière avec la Biélorussie, la Lituanie construit une clôture pour arrêter les migrants

Point de passage frontalier de la Lettonie, de la Biélorussie et de la Russie.
10 août 2021 à 16:19 - mise à jour 10 août 2021 à 21:28Temps de lecture3 min
Par Belga

La Lettonie a annoncé mardi l'introduction d'un état d'urgence local le long de sa frontière avec la Biélorussie, alors que le Parlement lituanien a adopté une loi permettant de construire une clôture pour endiguer un afflux de migrants.

Au cours des dernières 24 heures, quelque 200 migrants sont entrés du Bélarus en Lettonie, pays de l'UE et de l'Otan de 1,9 million d'habitants.

"Le régime d'urgence signifie que la frontière entre la Lettonie et le Bélarus sera pratiquement fermée à tout le monde", a déclaré le Premier ministre letton Krisjanis Karins.

L'état d'urgence entera en vigueur mercredi et se prolongera jusqu'au 10 novembre.

"Le régime d'urgence signifie que la frontière entre la Lettonie et la Biélorussie sera pratiquement fermée à tout le monde", a déclaré le Premier ministre letton Krisjanis Karins. Il permettra au personnel letton d'utiliser la force physique si nécessaire pour renvoyer les migrants en Biélorussie et les agents ne seraient pas obligés d'accepter les demandes d'asile.

Les patrouilles des gardes-frontières lettons ont déjà été renforcées par des soldats, des policiers et des fonctionnaires de l'agence européenne Frontex.

Menaces biélorusses

La plupart des migrants arrivés en Lettonie sont des ressortissants irakiens. Selon les autorités européennes, le président contesté de Biélorussie, Alexandre Loukachenko, a orchestré de nouvelles arrivées de migrants en représailles aux sanctions contre son régime. 

La Lituanie, qui a offert un fort soutien et un refuge à l'opposition Biélorusse, a lancé la semaine dernière une politique de refoulement des migrants après que plus de 4000 migrants sont entrés dans ce pays en provenance de Biélorussie depuis le début de l'année.

Alexandre Loukachenko a ouvertement menacé de mener aux portes européennes des migrants issus de pays déchirés par la guerre, comme la Syrie, l'Afghanistan ou l'Irak.

L'Union européenne a déclaré mardi qu'il y avait eu une "diminution significative" des passages de migrants après que l'Irak a suspendu ses vols vers la Biélorussie à la suite des demandes de l'UE et de la Lituanie.

Elle envisage de durcir les sanctions à l'encontre du président biélorusse en réponse à l'instrumentalisation des personnes migrantes à des fins politiques.

À l'issue du scrutin du 9 août 2020, Alexandre Loukachenko avait été proclamé vainqueur avec plus de 80% des voix, malgré une mobilisation inattendue de nombre de Biélorusses autour d'une candidate surprise, Svetlana Tikhanovskaïa, qui avait remplacé au pied levé son mari incarcéré, puis réuni tous les courants de l'opposition derrière elle, le pouvoir ayant exclu tous les autres rivaux du président biélorusse.

 

La clotûre lituanienne

Le Parlement lituanien a adopté mardi une loi donnant un feu vert à la construction d'une clôture le long de sa frontière avec la Biélorussie.

La loi qui a été adoptée par 80 votes pour et deux abstentions donne au projet un statut d'importance nationale, ce qui l'exclue de certaines restrictions concernant les appels d'offres, selon l'agence BNS.

"Nous devons avoir une frontière forte et fiable avec la Biélorussie [...] dès que possible", a déclaré la ministre de l'Intérieur Agne Bilotaite, notant que la loi permettrait de réduire de moitié le temps de construction.

La Lituanie envisage de construire une clôture en accordéon, accompagné d'un grillage, dont le coût est estimé à environ 152 millions d'euros.

La Lituanie, qui a offert un fort soutien et un refuge à l'opposition bélarusse, a commencé semaine de refouler des migrants après que plus de 4.000 personnes sont entrées dans ce pays en provenance du Bélarus depuis le début de l'année.

Vilnius et Bruxelles accusent l'homme fort bélarusse Alexandre Loukachenko d'avoir délibérément encouragé de nouvelles arrivées de migrants illégaux en représailles aux sanctions contre son régime. Les ministres de l'Union européenne doivent discuter de cette question la semaine prochaine. Mardi également, l'Union européenne a déclaré qu'il y avait eu une "diminution significative" des passages de migrants après que l'Irak a suspendu ses vols vers la Biélorussie à la suite des demandes de l'UE et de la Lituanie.

Lituanie : une manifestation contre les mesures sanitaires dégénère à Vilnius, le 10 août

Lituanie : une manifestation contre les mesures sanitaires dégénère à Vilnius, le 10 août

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Pourparlers sur l'Ukraine : Boris Johnson reçoit son homologue lituanienne et lui assure son soutien

Monde

Asile et Migration : le gouvernement polonais veut un état d’urgence à la frontière avec la Biélorussie

Monde