RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

La lèpre frappe une personne toutes les trois minutes dans le monde

Dans la léproserie de l’institut Raoul Follereau à Adzope en Côte d’Ivoire
30 janv. 2022 à 15:18Temps de lecture1 min
Par Alain Lechien sur base de la séquence Ici le monde sur La Première

Chaque année, 210.000 nouveaux cas de lèpre sont détectés dans le monde. C’est une maladie contagieuse, surtout en cas de contacts prolongés. Elle se transmet par des gouttelettes nasales. Cette infection ancestrale frappe encore une personne toutes les 3 minutes dans le monde.

Les lépreux ont des lésions cutanées, leurs nerfs sont atteints. Dans certains cas les extrémités des doigts ou des pieds tombent. Pour guérir, il faut prendre des antibiotiques pendant 6 mois sans arrêter, ce qui s’avère compliqué quand une pandémie de coronavirus paralyse la planète.

Interrogé par la Esméralda Labye, le directeur d’Action Damien Ludo Van den Kerckhove, explique que la lèpre est une "maladie négligée dans des pays vulnérables, où il n’y a pas les moyens qu’on connaît ici. Si cette maladie infectieuse n’est pas traitée à temps, cela donne des blessures graves. On a parfois des situations dramatiques", dit-il.

Action Damien est présente au Congo. "L’année passée il y a eu une attaque sur un village où il y avait des patients que nous traitions. De gens armés sont venus chercher les patients pour les tuer parce qu’ils pensaient que cela faisait du mal à la communauté. C’est vraiment important de sensibiliser, pas seulement les médecins afin qu’ils reconnaissent les symptômes, mais aussi la population afin qu’elle sache que ce n’est pas une maladie dangereuse, et qu’on peut la traiter", poursuit-il.

La lèpre est connue depuis longtemps, elle est apparue 600 ans avant notre ère. Il y a un traitement mais pas encore de vaccin. Les firmes pharmaceutiques ne sont pas intéressées, selon Ludo Van den Kerckhove : "Alors que pendant la pandémie partout dans le monde les patients ne pouvaient plus être mobiles à cause du lockdown, nos équipes n’étaient pas autorisées à se déplacer. En Inde, par exemple, c’était vraiment dramatique. Les gens n’avaient plus de travail ni d’argent. Avec 50 euros on peut guérir un patient. Cette somme suffit pour le traitement de A à Z : pour détecter, tester, donner les médicaments et pour donner les soins par après".

La lèpre a disparu d’Europe grâce au développement économique.

Plus d’information sur Action Damien

Sur le même sujet

Coronavirus : moins de patients atteints de la lèpre ou de tuberculose se font soigner

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous