RTBFPasser au contenu

Societe

La justice française décide de remettre à la Belgique le complice présumé de Mehdi Nemmouche

La justice française décide de remettre à la Belgique le complice présumé de Mehdi Nemmouche
04 févr. 2015 à 06:57 - mise à jour 04 févr. 2015 à 13:441 min
Par Radia Sadani

La cour d'appel de Paris vient d'ordonner la remise de Nacer Bendrer à la Belgique. L'audience n'a duré que quelques minutes. Le complice présumé de Mehdi Nemmouche avait été interpellé dans la région de Marseille le 9 décembre dernier. La Belgique le soupçonne d'avoir offert un appui logistique au tireur présumé du Musée Juif de Belgique. Nacer Bendrer dispose d'une voie de recours: se pourvoir en cassation dans un délai de 5 à 10 jours.

C'est à Marseille, le 9 décembre dernier, que Nacer Bendrer avait été interpellé. La procédure de remise a dès lors été initiée sur la base d'un mandat d'arrêt européen émis par la Belgique. Il s'agit d'un complice présumé de Mehdi Nemmouche, et que la Belgique réclame. Nacer Bendrer, lui, nie les faits. Il nie être un terroriste. Il nie connaître Mehdi Nemmouche.

Mais qui est ce complice présumé ?

Nacer Bendrer a 26 ans. Il est marseillais. Lorsqu'il est intercepté, il y a près de deux mois, il se trouve en possession de plusieurs armes, dont deux pistolets automatiques, un fusil de chasse, et un fusil mitrailleur de type kalachnikov, comparable à celui utilisé dans la tuerie du Musée juif de Belgique.

Nacer Bendrer et Mehdi Nemmouche se seraient connus en prison, à Salon-de-Provence. Ils auraient fait partie d'un même groupe qui s'est radicalisé. Ils en auraient d'ailleurs été les membres les plus actifs. Ce lien, ils l'auraient entretenu après leur détention.

Soutien logistique ?

Les deux hommes se seraient vus un mois avant l'attaque du Musée juif, soit en avril 2014, une première fois à Bruxelles, une deuxième fois à Marseille. Leurs appels téléphoniques ont été tracés. Ces faits intéressent les enquêteurs belges. Mais aussi la raison pour laquelle Mehdi Nemmouche est reparti à Marseille une fois l'attentat commis. 

Lors de la dernière audience de la Cour d'Appel de Paris le 14 janvier, l'avocat de Nacer Bendrer, Mr Julien Blot parlait d'"éléments factuels complètement erronés".

Du côté de Mehdi Nemmouche, pas d'explication. Depuis son interception à Marseille, il invoque son droit au silence.

Radia Sadani

Extradition du complice présumé de Medhi Nemmouche

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous