Monde

La Jordanie a mené des frappes contre des positions du groupe EI

La Jordanie a mené des frappes contre des positions du groupe EI
05 févr. 2015 à 14:08 - mise à jour 05 févr. 2015 à 18:25Temps de lecture2 min
Par Belga News

Le Conseil de sécurité de l'ONU, qui a condamné "la brutalité" de l'EI, doit tenir à partir de 20H00 GMT une réunion sur la guerre en Syrie, où la montée en puissance de l'EI en 2013 a éclipsé la rébellion contre le régime de Bachar al-Assad. "L'armée de l'air jordanienne a lancé des raids contre des positions du groupe Etat islamique", a déclaré un responsable gouvernemental sans préciser l'endroit exact des frappes.

La Jordanie, qui fait partie de la coalition internationale anti-jihadistes dirigée par les Etats-Unis, mène habituellement des raids en Syrie où s'était écrasé en décembre l'avion du pilote Maaz al-Kassasbeh avant qu'il ne soit capturé par l'EI.

Après avoir réuni mercredi les hauts responsables militaires, le roi Abdallah II avait affirmé que "le sang du martyr Maaz al-Kassasbeh n'aura pas coulé en vain et la riposte de la Jordanie et de son armée sera sévère". "Nous frapperons cette organisation terroriste dans ses fiefs", avait-il prévenu.

Accompagné du Premier ministre Abdallah Nsour, Abdallah II s'est rendu jeudi après-midi chez la famille du pilote à Karak, à 120 km d'Amman, où une immense tente avait été dressée pour recevoir les condoléances. Des avions de l'armée de l'air ont survolé la tente en signe d'hommage au pilote alors que des centaines de personnes étaient rassemblées dans et autour de la tente.

Dans une première mesure de représailles, la Jordanie avait exécuté mercredi la jihadiste irakienne Sajida al-Rishawi, condamnée à mort pour des attentats meurtriers en 2005 à Amman, et Ziad Karbouli, un responsable irakien d'Al-Qaïda.

L'EI avait réclamé la libération de la jihadiste pour épargner la vie du pilote mais Amman avait exigé des preuves de vie de l'aviateur dont l'exécution remonte au 3 janvier selon la télévision officielle.

Avant son départ précipité mardi de Washington, Abdallah II et le président Barack Obama avaient souligné leur "détermination à briser l'EI", un groupe responsable d'atrocités et accusé par l'ONU de crimes contre l'Humanité. "Les pays dans et hors de la coalition doivent œuvrer pour détruire cette bande de terroristes inhumains", a indiqué pour sa part Safi al-Kassasbeh, le père du pilote.

Pour des analystes, l'atrocité de l'exécution du pilote a poussé l'ensemble des Jordaniens à se ranger derrière leur gouvernement, donnant une "légitimité populaire" à la participation du royaume à la guerre antijihadistes. La Jordanie, a affirmé l'expert Hassan Abou Haniyeh, "pourrait même envisager une intervention terrestre".

En 10 jours, le groupe terroriste a revendiqué l'exécution de deux otages japonais et du Jordanien. Depuis la mi-août, il a en outre annoncé le meurtre de cinq otages occidentaux enlevés en Syrie: deux journalistes et un humanitaire américains ainsi que deux humanitaires britanniques.

Fort de dizaines de milliers de combattants, le groupe EI a profité de la guerre en Syrie et de l'instabilité en Irak pour s'emparer de larges pans de territoire sur lesquels il impose ses propres lois.

Belga

Sur le même sujet

La Jordanie a détruit 56 cibles de l'État islamique en trois jours

Monde

Une otage américaine aurait été tuée à la suite d'une frappe "jordanienne"

Monde