Regions Liège

La guerre en Ukraine perturbe les nouvelles routes de la soie qui relient Liège à la Chine

© Novandi

28 sept. 2022 à 09:41Temps de lecture2 min
Par François Braibant avec Mallaury Lehnertz

Les trains qui amènent des marchandises de Chine vers les terminaux liégeois sont moins nombreux et moins remplis. Le trafic a diminué de presque la moitié.

Il y a plusieurs raisons à ça : le Covid en Chine, la guerre entre l’Ukraine et la Russie qui fait peur aux assureurs, plus un embouteillage entre la Biélorussie et la Pologne.

Il y a certains grands groupes qui hésitent à expédier leur marchandise par le train.

La première raison explique Olivier Hia le directeur du pôle multimodal de Novandi, c’est qu’il est devenu difficile d’assurer des marchandises qui doivent traverser la Russie : "certains grands groupes hésitent à expédier leur marchandise par le train, car ils ont des restrictions en termes d’assurance suite aux risques dus au conflit en Ukraine. C’est une des raisons principales qui nous a été rapportée".

Embouteillages

Comme il n’y a plus qu’une seule route ferroviaire d’ouverte, il y a aussi un énorme embouteillage de conteneurs entre la Pologne et la Biélorussie, là où il faut transborder les conteneurs chinois sur des trains à l’écartement européen.

On n’a pas d’informations précises sur ce qui est bloqué à la frontière biélorusse et polonaise.

"Ce sont des trains de conteneurs avec des marchandises diverses, explique Olivier Hia, des textiles, un peu de hi-fi, un peu de matière électronique, tout ce qui est produit en Chine et qui peut être mis dans un conteneur. Nous, on n’a pas d’informations précises sur ce qui est bloqué à la frontière biélorusse et polonaise, mais il y a une congestion à cette frontière par laquelle passent tous les trains asiatiques vers l’Europe. Il y a des conteneurs qui sont en train d’attendre, mais on n’a pas de données précises sur ce qu’il y a exactement de bloqué à cette frontière ".

Aucun impact sur l’emploi liégeois

Novandi

Les arrivées de trains chinois ont diminué de 40%, mais il n’y a pas d’impact, pour l’instant, sur l’emploi à Liège, explique Vincent Brassinne, l’administrateur-délégué de Liège Logistics Intermodal : "Actuellement, on tourne avec les équipes habituelles. Vu les activités variées, on essaie de repositionner certains profils sur d’autres terminaux. Pour le moment, cela n’a pas d’impact sur le personnel et on fait tout pour que ce soit le moins impactant évidemment".

Les activités logistiques liégeoises dépendent de plus en plus de la géopolitique. Et on sait que les Chinois, quand ils font du commerce, n’aiment rien autant que la stabilité.

Sur le même sujet

La Chine "ne renoncera jamais à l’usage de la force" pour réunifier Taïwan, affirme Xi

Monde Asie

Guerre en Ukraine : le point sur le 218e jour de conflit

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous