RTBFPasser au contenu

Regions Hainaut

La grève dans les prisons continue: "Pas de service minimum sans nouveau statut"

La grève dans les prisons continue: "Pas de service minimum sans nouveau statut"
03 mai 2016 à 05:472 min
Par Maxime Paquay

Les gardiens des prisons wallonnes et bruxelloises continuent leur grève. Du coup, les activités des détenus sont limitées (pas de préau ni de visites, par exemple). Les gardiens réclament d'avantage de personnels. Ils réclament aussi de stopper les économies à tout-va.

Les syndicats ont été reçus lundi par le ministre de la Justice Koen Geens. Mais les propositions du Ministre ne les ont pas satisfaits et la grève continue donc.  

Cela veut dire que les polices locales vont continuer à devoir assurer la sécurité dans les prisons, des polices qui parfois réclament l'instauration d'un service minimum pour les gardiens.

"Que les polices demandent un service minimum pour se décharger du travail qu’elles ont à faire dans les prisons, je le comprends parfaitement, déclare Rémy Laurent, délégué CSC et agent pénitentiaire à la prison de Jamioulx, qui est donc aussi en grève. La police a certainement autre chose à faire que de venir dans les établissements pénitentiaires. Mais, un service minimum dans les prisons, on dira que la Belgique est un des seuls pays d’Europe qui ne l’a pas encore. Oui mais, il y a un grand "mais", c’est que la Belgique est aussi le seul pays dans lequel l’agent pénitentiaire n’a pas un réel statut. L’agent pénitentiaire est aujourd’hui un agent d’État avec un statut aussi simple que la majorité des agents d’État et avec des fonctions qui sont bien plus complexes que la majorité des agents d’État."

Et Rémy Laurent de poursuivre : "Alors, si on protégeait un tout petit peu les agents pénitentiaires en leur créant un statut favorable avec des rémunérations favorables, avec des prestations favorables, avec du personnel en suffisance, alors, un jour, on pourra parler d’un service minimum. Mais, au jour d’aujourd’hui, le service minimum, c’est simplement la manière de forcer les agents à ne plus avoir de dialogue social."

Une nouvelle réunion est prévue ce mardi après-midi avec le ministre.

Par ailleurs, les avocats d'une quarantaine de détenus de la prison de Nivelles vont introduire ce matin une action en référé devant le Tribunal de Première Instance de Nivelles. Il s'agit de demander que l’État belge rétablisse dans les meilleurs délais des conditions de détention acceptables pour les détenus de la prison.

Articles recommandés pour vous