Vuelta - Cyclisme

La garde rapprochée d’Evenepoel va entrer en scène sur les monts basques : "On est à 100% derrière lui"

Remco Evenepoel bien entouré sur les routes néerlandaises avant de filer en Espagne.

© Belga

22 août 2022 à 10:00Temps de lecture3 min
Par Giovanni Zidda

Après trois jours aux Pays-Bas, les choses sérieuses commencent pour l’équipe Quick-Step Alpha Vinyl qui s’était jusqu’ici serrée autour de son leader Remco Evenepoel pour éviter les pièges des routes néerlandaises.

Première mission accomplie donc pour le Wolfpack qui va désormais trouver un terrain mieux adapté aux qualités de Remco et de sa garde rapprochée. Des coureurs sélectionnés pour leurs qualités en montagne.

"On n’a pas pris la meilleure équipe possible pour le contre-la-montre par équipes. On a voulu prendre des coureurs qui sont bien dans les cols quand il faudra aider Remco", nous expliquait avant le départ de la Vuelta Patrick Lefevere.

Ces coureurs, ce sont Pieter Serry, Fausto Masnada, Louis Vervaeke, Ilan van Wilder et dans une autre mesure Julian Alaphilippe. Nous les avons rencontrés aux Pays-Bas avant qu’ils n’entrent en scène dans la montagne.

Pieter Serry, le polyvalent

Avec Dries Devenyns (39 ans), Pieter Serry (33) est le coureur le plus expérimenté de cette sélection… et sans doute aussi le plus polyvalent. Une qualité qui sera d’une grande utilité durant ces trois semaines.

"C’est vrai que je suis un bon rouleur dans la plaine et que je survis assez bien en montagne", acquiesce-t-il avant de détailler ses missions sur cette Vuelta.

"Parfois, ma mission est de rendre la course la plus dure possible comme j’ai fait à San Sebastian. Je pense que le peloton a bien souffert ce jour-là. Remco était très content de ce boulot. Je peux refaire ça mais je peux aussi travailler dans la plaine pour chasser les échappés ou encore le replacer dans le peloton dans les 10 derniers kilomètres par exemple", explique celui qui devrait être un élément très précieux dans cette sélection.

Fausto Masnada, la valeur sûre dans la montagne

Fausto Masnada
Fausto Masnada © AFP or licensors

Fausto Masnada devrait quant à lui être le dernier équipier de Remco Evenepoel dans la montagne. Le garçon l’a déjà prouvé par le passé, il sait grimper avec les meilleurs comme en atteste sa 9e place au général du Giro 2020 ou sa 2e place au dernier Tour de Lombardie.

"Je pense que Fausto sera très important pour Remco", nous confirme Serry.

L’Italien a d’ailleurs eu l’occasion de travailler ses automatismes avec Evenepoel lors du mois de juillet. Les deux hommes étaient ensemble à Livigno en stage de préparation.

"J’ai eu quelques problèmes physiques, je ne suis pas à 100% mais je pourrai faire mon travail pour aider Remco et l’aider quand il aura besoin de moi", assure-t-il.

"Remco était déjà dans une excellente forme lors du stage et il l’a prouvé à San Sebastian. On a vu sur le chrono qu’il était au top. J’espère que sa condition va tenir et que l’équipe va bien le supporter", ajoute-t-il, se réjouissant que l’équipe ait mis les moyens pour soutenir les ambitions d’Evenepoel.

"Je pense qu’on doit se tester dans la lutte au général. Remco a besoin d’une équipe à la hauteur s’il veut gagner un Grand Tour. On est donc ici pour donner le maximum."

Ilan Van Wilder, en quête de confirmation

Beaucoup de curiosité entoure les performances d’Ilan van Wilder sur cette Vuelta. A 22 ans, le jeune coureur du Wolfpack sort d’un excellent Tour de Burgos où il a pris la 5e place du général.

Pour des raisons diverses, le gamin n’a pas encore pu s’exprimer comme il le voulait chez les professionnels mais il bénéficie d’une grande confiance au sein de son équipe.

"Van Wilder n’a pas encore pu montrer ses capacités. Je crois beaucoup en lui, il est très fort. C’est un coureur qui peut aller très loin", estime Patrick Lefevere.

"'Il a montré à Burgos qu’il était prêt. Je suis sûr qu’il peut grimper avec les 10 meilleurs du peloton", affirme Pieter Serry.

"Mon rôle est le même que celui de tous les autres, soutenir Remco. J’espère que je pourrai être super important pour l’équipe", a commenté brièvement le principal intéressé, concentré sur sa besogne.

Vervaeke, l’ange gardien de Remco

A l’aise quand la route s’élève, Louis Vervaeke pourra également filer un coup de main dans la montagne mais est surtout chargé d’escorter Evenepoel tout au long de cette Vuelta.

"Rester avec Remco, ça va être mon rôle pour toute la Vuelta. Le protéger, faire en sorte qu’il ne soit pas dans les chutes, dans les problèmes. Qu’il soit toujours protégé, bien placé", explique le compagnon de chambre du coureur de Schepdaal.

Alaphilippe, l’électron libre

"Quand on part avec un leader qui veut gagner le général, on ne peut pas prétendre de penser aussi aux étapes. Il faut mettre de côté tes ambitions et être support à 100% pour lui." Cette règle énoncée par Fausto Masnada vaut pour tous les coureurs Quick-Step. Tous sauf un : Julian Alaphilippe.

Le double champion du monde a vécu une saison difficile après sa chute à Liège-Bastogne-Liège. S’il n’est sans doute pas à 100%, il est venu sur cette Vuelta pour une victoire d’étape. "On s’attend à des résultats de sa part. Il ne doit pas venir à la Vuelta pour préparer le Mondial", insiste Patrick Lefevere qui aime taper sur ce clou.

"Mais si nécessaire, Julian peut donner un coup de main. Il est capable de survivre sur quelques cols dans la montagne", ajoute le patron de l’équipe belge.

Pour obtenir une bonne place au général avec Evenepoel, cela passera certainement par la contribution de tout le monde (Dries Devenyns et Rémi Cavagna inclus) et ça le Wolfpack semble l’avoir intégré à la perfection.

Articles recommandés pour vous